La fête Ganga Asnan est célébrée aujourd’hui dans la ferveur populaire à travers l’île selon la tradition védique par de nombreux Mauriciens de foi hindoue. Les plages étaient fréquentées tôt ce matin par des familles entières qui ont procédé à des prières en hommage à la déesse Ganga. Le Ganga Asnan est célébré le jour du Kartic Purnima.
À Mon-Choisy, ils étaient nombreux à effectuer des prières au bord de la mer avec des noix de coco, du camphre et des fleurs en offrande à la déesse Ganga. Certains en ont profité pour prendre un bain purificateur alors que d’autres ont partagé un repas familial.
Des dispositions avaient été prises par la Beach Authority et la National Coast Guard pour assurer la sécurité des baigneurs. Les marchands ambulants ont également profité de cette fête pour faire de bonnes affaires.
La Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation a prévu des célébrations au niveau national notamment à Flic-en-Flac, Belle-Mare, Anse-la-Raie, Mon-Choisy et Blue-Bay. Des prières ont été dites par l’acharya Mohunprasad Saklani pour l’harmonie et la paix sociale.
Somduth Dulthummun, le président de la MSDTF, a soutenu à la presse que les autorités devraient veiller à ce que les marchands ambulants n’envahissent pas les plages car certains proposent des menus non-végétariens alors que d’autres occupent les aires de stationnement avec leurs véhicules, génant ainsi l’accès des dévots aux plages.
Le Ganga Asnan est une fête hautement spirituelle permettant la purification de toutes les souillures matérielles qui contaminent l’âme. Il comprend un bain spirituel où le dévot se tourne vers le soleil et adore la mer. Il présente à sa déesse des offrandes, allume des bâtonnets d’encens et plonge ses mains dans l’eau.
Selon la légende, les ancêtres du roi Bhageerut furent brûlés par la malédiction du sage Kasyapa Munni. Leurs os et leurs cendres n’ont pu regagner le royaume spirituel. Le roi Bhageerut, après des longes années de prières et de sacrifices, implora le sage Kapila Munni de faire couler le Gange afin d’effacer les péchés de ses ancêtres. La déesse Ganga descendit alors des plants de lotus de Vishnu, le préservateur de l’univers. L’eau coula à flots vers la terre, et l’humanité se trouva alors menacée par l’inondation. Pour amortir le choc, le dieu Shiva releva ses cheveux et forma un jata (chignon) pour contenir et canaliser l’eau vers les plaines de l’Aryavarta.