Tout comme Rameshwar Gujadhur, l’entraînement Gilbert Rousset fait montre d’une belle régularité en ce début de saison. A l’exception des première et troisième journées où il est rentré bredouille, cet établissement a toujours inscrit son nom au tableau des vainqueurs. Samedi dernier, en l’absence de Derreck David qui purgeait sa deuxième semaine de suspension, Swapneel Rama et Rye Joorawon se sont montrés à la hauteur de la situation en pilotant trois vainqueurs pour le compte de cette écurie. C’était le deuxième triplé 2016 de cette dernière.
Pour Soodesh Seesurrun, qui assume encore plus de responsabilités au sein de ce yard cette année, ce résultat ne constitue pas une surprise. «Nos chevaux avaient toujours terminé dans les places depuis le début de la saison, même si les résultats étaient en dessous de nos prévisions au cours des premières journées. Je dois reconnaître que la plupart d’entre eux avaient besoin d’une course dans les jambes pour s’améliorer. Nos dernières moissons sont réconfortantes et confirment que nous avons accompli un bon travail depuis le début de l’année», a souligné l’assistant entraîneur sur la situation actuelle de son yard.
Convaincant vainqueur quatre semaines plus tôt sur le sprint, Karraar était rallongé à son avantage. Il affrontait toutefois un lot nettement supérieur où Trackmaster, qui descendait de classe, était présenté comme son principal adversaire. Gilbert Rousset et sa bande craignaient surtout qu’Unbridled Joy, le seul frontrunner du lot, ne réduise la course à un sprint. Une tactique fut ainsi élaborée afin de contrer les plans de l’éventuel meneur. «On savait que Karraar avait du potentiel. Il s’était imposé facilement, soit par presque trois longueurs, à son troisième essai sur notre turf. Il avait progressé et ne portait pas un lourd handicap vu qu’il montait de classe. On avait demandé à Rama de faire travailler Unbridled Joy sur les premiers 200m, car on savait que le cheval de Mansour serait dangereux s’il avait eu une coure facile à l’avant. Je dois dire que Rama a suivi les instructions à la lettre. Malgré cet effort, Karraar a sorti une deuxième accélération pour forcer la différence», dira notre interlocuteur avec satisfaction.
Dans cette même épreuve, l’écurie avait engagé New Star, qui était confié à Rye Joorawon. Ce dernier se montra mal inspiré en reprenant sa monture aux abords du Tombeau Malartic après que le meneur eut réduit l’allure et en demeurant trop longtemps dans le dos de l’outsider Indian Striker, qui se fit surprendre au démarrage. Dans ces conditions, il était évident qu’il ne pourrait prendre une part active à l’arrivée. Il fut sanctionné d’une suspension de cinq semaines et de Rs 50 000 d’amende pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires afin de donner l’opportunité à son cheval de gagner ou d’obtenir le meilleur rang possible à l’arrivée. Joorawon a fait appel.
«King’s Knight acquis pour les grandes courses»
Après Gharbee une semaine plus tôt et Karraar, Rama ne laissa pas passer sa chance sur Harba qui se présentait au départ de The T-Printers Cup avec des ambitions légitimes. «On avait accordé un break d’un mois à Harba après sa dernière course. Cela lui a fait du bien. Il était fresh et dans une condition physique nettement améliorée. Une fois de plus Rama a suivi les instructions à la lettre. Il a attendu les 300m pour déboîter et a obtenu le passage voulu dans la ligne droite. Cela s’est joué d’un rien avec Anafesto terminant dans la même foulée que Harba, mais la chance a été de notre côté cette fois».
C’est Rye Joorawon, associé au premier succès 2016 de Gilbert Rousset, qui compléta la série de l’entraîneur avec King’s Knight. Ce dernier, rappelons-le, figurait dans les entrées de la Duchesse, mais son entourrage lui avait préféré Night In Seattle et Scotsnog, les deux premiers de la course. Sur sa valeur sud-africaine, le lot du jour était nettement à sa portée. Malgré son manque d’assurance sur la fin, l’alezan de 3 ans s’imposa assez facilement au grand bonheur de ses propriétaires. «Au départ, on a procédé à l’acquisition de King’s Knight pour les grandes courses. On l’a castré chez nous, mais il a eu tout le temps nécessaire pour récupérer de cette intervention. Par la suite, il a contracté un ennui au sabot, ce qui a retardé ses débuts. Mais, samedi, il était prêt pour la compétition. Il s’est montré un peu green dans la ligne droite finale car il n’était pas habitué à la foule, et Rye a dû le solliciter afin qu’il prolonge son effort jusqu’au bout», nous a relaté l’assistant-entraîneur.
Charles Lytton et Mount Fuji effectuaient également leur baptême du feu samedi dernier. Le premier nommé fut rétrogradé de la troisième à la cinquième place suite à la faute commise par son apprenti après deux furlongs. «La course s’est mal déroulée pour Charles Lytton qui était à la base de cette interférence au 1000m. Malgré sa troisième place je suis satisfait de sa performance. Je pense qu’il bénéficiera de cette course pour progresser. En ce qu’il s’agit de Mount Fuji, il s’est montré un peu green comme la plupart de nos nouveaux qui se situent dans un Rating de 0-26. Il avait peut-être besoin de cette mise en jambes. Il est à revoir avec une course sous les sabots», a déclaré Soodesh Seesurrun.