• Une suspecte, arrêtée dans le cadre du cambriolage commis au domicile de la députée Roubina Jadoo-Jaunbocus, passe aux aveux

La CID de Grand-Baie a sollicité l’équipe de Beau-Bassin pour interroger une femme de 27 ans, arrêtée dans le sillage de l’enquête sur un vol perpétré au domicile de la députée Roubina Jadoo-Jaunbocus la semaine dernière. La suspecte a avoué qu’elle avait également dépouillé un ressortissant saoudien de 25 ans le mois dernier lorsqu’elle lui a proposé un massage. L’étranger a déjà quitté le pays après avoir déposé une plainte à la police de Grand-Baie.

Les faits remontent au 15 avril, soit deux jours après l’arrivée du Saoudien dans l’île. Il résidait dans un appartement à Grand-Baie. Alors qu’il se rendait dans un hypermarché de la région, un gardien de l’appartement lui a demandé s’il avait besoin d’une femme de ménage pour nettoyer sa chambre. Le Saoudien a répondu positivement et une dizaine de minutes plus tard, une femme s’est présentée à sa porte.

Selon le jeune homme, il avait gardé son argent dans sa chambre et rangeait des aliments dans le réfrigérateur quand la suspecte s’est approchée. Cette dernière lui a demandé s’il était intéressé par un massage à quatre mains. La complice de la jeune femme l’a rejointe dans l’appartement peu après. Alors que le Saoudien était au lit avec la complice, la prétendue femme de ménage s’est absentée. Aussitôt le service terminé, elles sont parties. C’est alors que le plaignant a noté qu’une somme d’environ Rs 100 000 (USD 3 000) avait disparu. Le Saoudien a alors alerté un officier de la police du Tourisme, qui l’a aidé pour sa plainte. Comme la jeune femme ne logeait pas dans un endroit fixe, la police a eu du mal à mettre la main sur elle jusqu’à son arrestation, en milieu de semaine, pour vol chez la députée Roubina Jadoo-Jaunbocus.

Concernant cette enquête menée par la CID de Beau-Bassin, les trois cambrioleurs sont passés aux aveux. Ils disent qu’ils avaient repéré la maison de la parlementaire plusieurs jours auparavant. Et dans la soirée du 14 mai, ils sont passés à plusieurs reprises devant sa maison, où ils n’ont noté aucune présence à l’intérieur. Le trio est donc passé à l’acte aux petites heures du 15 mai en escaladant un mur qui donne sur un jardin. Puis ils ont forcé une porte pour avoir accès à l’intérieur de la maison, où ils ont fait main basse sur des bijoux, des montres, de l’argent et des devises. Le préjudice s’élève à Rs 200 000. Les enquêteurs n’écartent pas la possibilité qu’ils seraient les auteurs d’autres vols non élucidés dans d’autres régions du pays.