La journée du 12 mars de Narendra Modi, Premier ministre indien et invité d’honneur aux célébrations des 47 ans de notre indépendance et des 23 ans de la République, a démarré avec des prières au Grand-Bassin. Le leader de « la plus grande démocratie du monde » a été chaleureusement accueilli par un nombreux public ayant bravé le mauvais temps pour venir le saluer. Les ressortissants de ce pays ont brandi le tricolore indien et ont vivement applaudi tout en criant « Har Har Modi » (« vive Modi ! »).
Malgré les consignes de Manish Sharma, le chef de sécurité indien, c’était la grande bousculade à l’arrivée de Narendra Modi et des membres de sa délégation. Les photographes, mauriciens et indiens, voulaient à tout prix immortaliser ce moment tandis que les ministres Pravind Jugnauth, Raj Dayal, Nando Bodha et Aurore Perraud semblaient impuissants face à ce débordement. Manish Sharma a, à un certain moment, confondu personnalités publiques et dirigeants des organisations socioculturelles qui voulaient rejoindre le corps protocolaire. Il y a aussi eu une altercation entre le ministre Dayal et Manish Sharma, mais tout est rentré par la suite dans l’ordre.
Par ailleurs, le chef de la sécurité n’a pas voulu changer le protocole de sécurité déjà établi et n’a pas accédé à la demande du ministre Dayal pour une session de prières avec Narendra Modi dans le temple géré par sa famille. C’est bien encadré par les gardes du corps que Narendra Modi s’est ensuite dirigé aux pieds de la statue géante de Mangal Mahadev pour des rituels ainsi que pour déverser de l’eau sacrée sur le shivling (symbole de Shiva). Cette session de prières, qui a vu la participation de plusieurs prêtres, dont le chef prêtre de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation Mohunparsad Saklani, a été organisée par la Rashtriya Sanatan Dharma Mandir Sanghatan. Le président Bissoon Mungroo a d’ailleurs été élevé au rang de GOSK à l’occasion de la fête nationale.
Narendra Modi s’est rendu par la suite sur les berges du lac pour y déverser de l’eau sacrée et rendre hommage à la déesse Ganga. Le lac sacré, soulignons-le, est rempli à ras bord et s’y aventurer comporte de gros risques. Après ce rituel, Narendra Modi a salué le public, massé en grand nombre près du lac sacré. Il a été particulièrement ému par cet accueil chaleureux et ce témoignage d’amour de la part de ses compatriotes du Gujarat, État de l’Inde d’où il est originaire. Narendra Modi et les membres de sa délégation se sont ensuite dirigés vers Phoenix pour le dévoilement d’une plaque signifiant le démarrage des travaux du World Hindi Secretariat.