Pour sa troisième visite à Maurice, Tiken Jah Fakoly proposera aux Mauriciens de découvrir la puissance du reggae africain. L’Ivoirien ajoute des instruments traditionnels à sa base dans le cadre de cette nouvelle tournée où il passe en revue ses différents albums pour lancer son Dernier Appel, opus sorti l’année dernière. Un nouvel appel à l’unification de l’Afrique pour lequel il se veut optimiste, étant convaincu que le continent doit se construire maintenant.
Pour y accéder, Tiken Jah Fakoly, joint de France par téléphone, parle à Scope de démocratie, de respect des droits humains, d’éducation, d’unité et d’espoir. Dans une musique enrichie qui retourne vers les sources, celui qui incarne le reggae francophone sera en concert sur le terrain de football de GRNW, le 6 juin.
Cela résonne comme une suite de War de Bob Marley, qui prêchait Africa Unite : “Cause we’re moving right out of Babylon, and we’re going to our father’s land. How good and how pleasant it would be before God and man, to see the unification of all Africans.” Tiken Jah Fakoly s’en fait l’écho. Il utilise pour cela la métaphore d’un avion s’apprêtant à prendre son envol : “Dans cet avion il est écrit / Qu’on doit arrêter de demander / De demander / Babylon donne, et Babylon ordonnera toujours (…) Arrêtons de tendre la main / Qu’il faut travailler / Pour sortir ce continent du trou (…)Voici l’avion de nos espoirs / De l’avenir de nos gamins / De ceux qui de leurs propres mains / voudront construire demain.” Cet avion, le reggaeman ivoirien l’a baptisé Air Africa. L’embarcation pour le vol vers l’émancipation a commencé. Son dernier album, sorti en 2014, se veut le Dernier Appel lancé à la communauté africaine.