La Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH) n’est plus reconnue depuis jeudi par le ministère de la Jeunesse et des Sports. C’est ce qui ressort d’un courriel datant du 21 février 2013 et signé G. Bundhooa au nom du Secrétaire Permanent (Dev Phokeer) du MJS. Cette suspension de reconnaissance de la FMH est liée, selon les précisions données par le MJS, à l’assemblée élective qui avait eu lieu le 20 juillet 2012 et à celle qui était en place avant cette date.
« This Ministry has been informed by the Registrar of Associations than both the Managing Committee elected on the 20 July 2012 and the one in place prior to 20 july 2012 are not in order in as much as not the five Regional Sports Committee have each a minimum of 2 clubs as required in the Sports Act », fait ressortir le MJS.
Le courriel est adressé à Nundkishore Fakun, qui avait récemment repris les choses en main à la présidence de la FMH ainsi qu’à la Mauritius Amateur Weight Lifters and Power lifters Association.
G. Bundhooa poursuit en disant qu’en tenant compte de cela, le MJS a décidé de suspendre la reconnaissance de la FMH. « … it has been decided to suspend the recognition of the federation by the virtue of section 8 (6) of the Sports Act pending the election of new legitimate Managing Committee in conformity with theee Sports Act », fait-il ressortir.
Pour faciliter la régularisation de la FMH, il propose de convoquer une rencontre avec les deux parties qui s’opposent dans la fédération (Ndlr : le groupe mené par Nundkishore Fakun et l’autre par Poorun Bhollah) en présence d’un représentant du Comité olympique mauricien (COM) pour discuter de la marche à suivre. La responsable du dossier de la discipline au MJS, en l’occurrence, Soraja Devee Cadressen, devra par conséquent contacter très prochainement Nundkishore Fakun pour fixer une date.
Invité à réagir, ce dernier a déclaré sur un ton ironique qu’il est « heureux de voir que le MJS a trouvé ce qui paraît être pour lui (le MJS) la lumière au bout du tunnel. » Et d’ajouter que « c’est l’occasion à saisir pour créer une nouvelle fédération. » Plus sérieusement, Nundkishore Fakun interprète cette suspension « clairement comme une tentative pour m’empêcher d’assister à l’assemblée générale élective du COM prévue le 14 mars 2013 en tant que futur délégué de la FMH. »
C’est Poorun Bhollah qui avait pris le pouvoir en tant que président de la FMH en juillet 2012. Son élection avait été toujours contestée par Nundkishore Fakun. Dans une lettre datant du 18 javier 2013 et signée H. Hookoom, le Registrar of Association (RoA) avait donné gain de cause dans son ruling à Nundkishore Fakun en rejetant la légitimité de l’assemblée générale spéciale tenue le 18 mai 2012 pour apporter les amendements aux statuts de la fédération mauricienne et, d’autre part, l’assemblée générale élective tenue le 20 juillet 2012 par le groupe d’opposants mené par Poorun Bhollah et à l’issue de laquelle un nouveau comité directeur présidé par ce dernier était venu au pouvoir.
« Pourtant, le MJS avait choisi de reconnaître ce comité jugé illégal qui n’était composé que de six membres au lieu de sept pour être conforme aux lois. Le MJS était au courant de ce fait suivant l’affidavit qu’avait juré en cour Dany Chellen pour dire qu’il n’avait pas participé à ces élections et donc n’en était pas membre comme Poorun Bhollah l’avait fait croire aux instances concernées », rappelle Nundkishore Fakun.
Il soutient, par ailleurs, que « la FMH avait bien obtenu en 2005 une dérogation du MJS pour opérer dans cinq régions sans que la Sports Act ne précise d’aucune manière que cela devait se faire avec deux clubs ou plus par région. » « Je crois que le MJS croit qu’il existe deux fédérations d’haltérophilie à Maurice. Il n’en existe qu’une seule. Même si notre fédération n’est pas reconnue par le MJS, elle est toujours reconnue par le COM et la Fédération internationale d’haltérophilie. Je compte d’ailleurs alerter les instances internationale et africaine pour leur faire part de notre situation à Maurice », déclare Nundkishore Fakun.