Cédric Coret sera lui aussi de la fête à Tianjin

Même si le président, Magarajen Moonien n’a pas voulu parler d’ingérence, il est clair que cette démarche lui ressemble beaucoup

L’entraîneur national, Ravi Bhollah, remplacé par Gino Soupprayen sur une décision du ministère.

L’haltérophilie Cédric Coret, triple médaillée d’or, aux derniers Jeux des îles de l’Océan Indien, à La Réunion en 2015, sera bel et bien du voyage en Chine (Tianjin) pour la préparation finale. La Mauritius Amateur Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA) avait pour rappel, décidé ne pas inclure le leveur de fonte dans cette liste, à la suite du rapport défavorable, émis par le Directeur technique national (DTN), Constantin Dabija, lors du dernier stage en Roumanie, qui était loin d’être un havre de paix.

Mais c’est vendredi que le ministère de la Jeunesse et des Sports a rencontré l’athlète pour lui faire part qu’il serait bel et bien dans le wagon, tout en lui expliquant qu’il se devait d’avoir un comportement irréprochable en terre étrangère. C’est ainsi que la délégation passe ainsi de 14 à 15 haltérophiles pour ce déplacement. Encore une fois, force est de constater que le MJS s’est ingéré dans les affaires de la fédération. Questionné sur le sujet, le président de la MAWPA, Magarajen Moonien a préféré botté en touche. « Je ne souhaite pas me prononcer. Tant mieux pour Cédric », a-t-il fait ressortir. Attention, nous ne remettons pas la participation à ce stage de l’haltérophile,  en question. Bien au contraire, Cédric Coret mérite amplement de faire partie de ce voyage, compte tenu de son pedigree et de ses performances passées, lui qui demeure, qu’on le veuille ou non, un cadre de l’équipe.

Mais c’est surtout la démarche du MJS qui interpelle. Pompier de service, on se souvient que c’est ce même ministère qui avait fait venir le technicien roumain à Maurice. Autant dire que ce casting n’est guère payant et loin de faire l’unanimité jusqu’à présent. Maintenant, il s’agit de colmater les brèches, car les Jeux sont à nos portes. C’est dans cette optique que Stephane Toussaint s’est rendu vendredi, au Joachim Community Centre (lieu d’entraînement des sélectionnés) pour tâter le pouls et faire part de ses attentes. « Il est venu parler aux athlètes et a fait part de ces attentes. Le ministre a aussi précisé qu’il ne tolérerait aucun écart de conduite et qu’à la moindre incartade, les coupables devraient prendre le premier vol pour Maurice », a soutenu Magarajen Moonien.

D’ailleurs, avant de partir pour la Chine ce soir, ils se retrouveront tous dans l’obligation de signer une charte de bonne conduite. « Ils devront tous imposer leurs signatures sur papier, stipulant qu’ils ne nuiront pas au bon déroulement du stage. Car, je le dis bien, nous prenons l’engagement de retourner l’athlète sur le premier vol, en cas de problème », a ajouté le président. C’est à 21h25 que la délégation quittera le pays.

Le cas Ravi Bhollah 

Une nouvelle tête est également venue s’ajouter à cette délégation en partance, à savoir Gino Soupprayen. C’est l’entraîneur national, Ravi Bhollah, qui devait à la base, être du voyage. Mais, encore une fois, le MJS a parlé, et il a été remplacé. Ce n’est un secret pour personne que les relations sont très tendues entre certains cadres de la sélection et Bhollah. « On m’a dit que ce sera mieux ainsi. Il a été remplacé par Gino »,  avoue Moonien. Pour éviter des ennuis, le coach national est resté sur le quai. Pour rappel, la délégation est maintenant composée de 15 athlètes, à savoir Roilya Ranaivosoa, Alison Sunee, Shalinee Valaydon, Ketty Lent, Yannick Coret, Jonathan Coret, Dorian Madanamoothoo, Anthony Madanamoothoo, Jérémy Félicité, Khelwin Juboo, Emile Wilhem, Yovin Gyadin, Dinesh Pandoo, Akshay Jeeloll et Cédric Coret.

Pour rappel, le but de ce stage de six semaines est de permettre aux locaux de parfaire leur préparation au Olympic Training Center de Tianjin. Ils seront de retour 9 jours, avant l’ouverture des JIOI.