Le doute planait sur la participation des vice-championnes de Maurice à la Coupe des clubs de l’océan Indien prévue du 25 novembre au 2 décembre vu leur mauvais début de championnat. Mais le Plaisance SC sera bien au rendez-vous.
Cette saison, les amateurs de handball ne reconnaissaient plus l’équipe des villes soeurs. Le groupe de Gérard Jules a enregistré samedi dernier sa deuxième défaite de la saison face à l’USBBRH (21-10) et se pointe à la dernière place du classement avec seulement quatre points (1 nul et 2 défaites). « La reprise a été dure car certaines joueuses sont en période d’examens et trois autres sont blessées », nous dit la capitaine, Sandrine Roussel-Deschamps.
Depuis 2014, année de son premier sacre national, l’équipe a toujours eu un problème d’effectif — 10 joueuses ont joué lors de cette saison. Raison pour laquelle d’ailleurs elle n’a pu participer à la  CCOI à Madagascar en 2014. Sa participation à la prochaine CCOI a elle aussi été longuement en suspens. Cette formation se retrouve actuellement avec un groupe de moins de 10 joueuses, dont la majorité est dans la trentaine et quatre d’entre elles sont des quadragénaires.
« Nous avons conscience que notre niveau physique n’est plus comme ces deux dernières saisons. Au début du championnat nous nous entraînions une fois par semaine, mais avec la CCOI qui commence bientôt, nous sommes passées à trois séances par semaine », souligne la n°7 du Plaisance SC. À savoir que cette formation s’entraîne depuis peu au gymnase de Phoenix suite à une demande auprès de la fédération.
Pour la compétition qui débute dans moins de dix jours, le Plaisance SC aura le soutien de deux guest players, à savoir Ancy Marguerite qui évolue au Curepipe Starlight Sporting Club et Marlyse Desmarais des Curepipe Rangers. « Une demande a été faite auprès de ces clubs et de la fédération afin que les deux joueuses se joignent à l’équipe et cette demande a été acceptée. Je suis confiante qu’elles nous aideront afin qu’on puisse être performantes lors de ce tournoi », indique Sandrine Roussel-Deschamps. « Notre plus gros problème reste le physique. Si on arrive à être au point physiquement avant la CCOI, je pense que nous serons à la hauteur de cet événement. Certes, le niveau sera élevé avec la présence des équipes réunionnaises, mais nous ne partons pas battues d’avance. »
On pourra jauger cette équipe ce samedi contre le CSSC lors du match comptant pour le championnat national. À savoir que le CSSC, deuxième au classement, reste sur une victoire contre l’ASVP 20-16. « C’est une équipe qui a vraiment progressé au fil des années. Ce sera un vrai test pour nous afin d’évaluer le travail effectué à l’entraînement », conclut Sandrine Roussel-Deschamps.