Le handisport mauricien peut s’estimer heureux après que trois de ses athlètes aient été directement qualifiées pour une finale lors des Championnats du monde d’athlétisme de l’International Paralympics Committee (IPC), qui se tient actuellement à Londres en Angleterre. Les deux athlètes souffrant d’un handicap physique, nommément Noemi Alphonse et Brandy Perrine, qui avait participé aux derniers Jeux paralympiques de Rio au Brésil l’année dernière, étaient en action, tard hier soir, lors de la finale du 200m de la catégorie T54. Anaïs Angéline, souffrant aussi d’un même handicap, était en finale du 200m de la catégorie T37. À l’heure où nous mettions sous presse toutefois, ces résultats ne nous étaient pas encore parvenus.
Après la finale d’hier soir, Noemi Alphonse et Brandy Perrine disputeront également la finale du 100m prévue pour dimanche prochain, alors qu’Anaïs est directement qualifiée pour la demi-finale du 100m samedi prochain. Hormis ces finales, Noemi Alphonse a entamé sa campagne lors de ces Championnats du monde, hier matin, en demi-finale du 1500m face aux ténors de la compétition. Elle n’a pas été toutefois gâtée puisqu’elle a connu des problèmes mécaniques avec son fauteuil après 300m de course pour terminer à la dernière place en 4.14:28, alors que son record national est de 3.51:44. La course a été remportée par l’Australienne Madison de Rozario en 3.27:37.
Selon son entraîneur personnel, Jean-Marie Bhugeerathee, également entraîneur national au sein de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF), c’est une très grosse déception pour Noemi Alphonse et lui. « Nous avons pourtant bien vérifié la mécanique. Je ne saurai dire ce qui s’est passé. Elle avait bien entamé la course en suivant dans le peloton de tête jusqu’à ce problème aux 300m. Nous savions que la course allait être très difficile et nous voulions tout faire pour réaliser une bonne performance et tenter d’améliorer le chrono sur la distance », a-t-il déclaré. Ce soir, Noemie sera en action (22h30) sur 400m, alors que Denovan Rabaye, athlète souffrant d’un handicap intellectuel, sera engagé dans l’après-midi (14h50) sur 400m de la catégorie T20. Les finales de ces deux courses, aussi bien que celle du 1500m, sont programmées pour demain.
 Une fierté d’être en finale
 Malgré cette déception, Jean-Marie Bhugeerathee a indiqué que c’est une fierté pour ses athlètes et l’île Maurice que d’être représentés dans une finale mondiale. « Nous n’aurions jamais pensé à une telle surprise. Nous sommes tous très contents. J’étais confiant pour Noemi sur 100m et 200m. Heureusement qu’elle n’a pas eu à passer par les séries. Cela nous fait beaucoup moins de stress. Tout ce qui vient après n’est que du bonus », a-t-il indiqué.
Jean-Marie Bhugeerathee se dit très fier pour les efforts consentis par ses athlètes pour se qualifier à une compétition de cette envergure. « On va essayer de placer la cerise sur le gâteau, tout en étant conscient et réaliste que cela sera très difficile », a-t-il ajouté. Car pour lui, ses athlètes ont deux ans de préparation, alors que les finalistes ont, eux, dix voire 15 ans de métier. « Si nous continuons à travailler avec le même sérieux et la même détermination et si nous bénéficions surtout des facilités nécessaires, je reste convaincu que nous nous battrons pour des médailles dans les compétitions de haut, niveau », a-t-il fait ressortir.
Pour conclure, Noemi Alphonse et Anaïs Angéline se disent surprises, mais très heureuses de ces qualifications. « Sincèrement, nous ne nous attendions pas à une aussi bonne nouvelle. Nous avons travaillé très dur pour nous qualifier et il faut maintenant savourer ce moment privilégié en finale. Tenter un podium sera très difficile, mais nous ferons de notre mieux pour faire honneur au pays », ont-elles déclaré.