Hanshini Creations, sise à Beau-Bassin, est une petite entreprise locale dont la directrice est Hanshini Jogoo. Cette entrepreneuse de 43 ans, qui était autrefois femme au foyer, est passionnée de la cuisine et de l’artisanat. Elle s’est alors inscrite à des formations sans pour autant savoir où cela allait la mènerait. Aujourd’hui, elle est devenue une entrepreneure épanouie, aspirant à devenir formatrice dans le domaine qu’elle maîtrise à la perfection. Sa spécialité, recycler des boîtes en carton et celles en conserve pour faire des objets décoratifs. Elle est aussi douée dans le rotin. Rencontre.

Hanshini relate qu’elle n’a pas eu la chance de poursuivre ses études après la Form V, car elle n’avait pas décroché de bons résultats malgré deux tentatives aux examens du SC. Elle avait donc décidé d’abandonner les études pour se lancer sur le marché de l’emploi. « J’étais alors très jeune, avec de très faibles qualifications. J’ai pris de l’emploi comme “salesgirl” dans un magasin, où j’ai travaillé pendant trois années. Ensuite, j’ai reçu une demande en mariage. Je me suis mariée et je suis devenue femme au foyer, car j’habitais avec ma belle-famille qui n’approuvait pas le fait qu’une belle-fille travaille. Au fil des années, la situation est devenue compliquée en raison des conflits familiaux. Mon époux et moi avons alors décidé d’aller vivre séparément de ma belle-fille. C’est là que ma nouvelle aventure a commencé », relate Hanshini.

Cette dernière ajoute que son époux était le seul gagne-pain de la famille et qu’elle voulait lui apporter un soutien sur le plan financier. « On a discuté et je lui ai demandé de me laisser suivre une formation pour devenir femme entrepreneure. Il m’a donné son consentement, ce qui m’a motivée encore plus. À l’époque, je faisais des petits gâteaux à domicile et j’aspirais à lancer un commerce. Mais, une amie m’a ensuite proposé de m’inscrire à une formation en entreprenariat, dispensée gratuitement par le Gender Links », affirme notre femme entrepreneure.

La formation a duré six mois. Hanshini a, grâce à cette formation, appris comment gérer un commerce et une entreprise, comment établir un “business plan” et comment faire le marketing de ses produits, entre autres. Une fois le certificat en mains, Hanshini ne tarde pas à se lancer dans l’entreprenariat. Elle crée ainsi Hanshini Creation et conçoit des objets décoratifs pour le mariage. « Depuis que je suis jeune, j’avais un talent particulier. J’aimais fabriquer et décorer des plateaux pour les mariages et fiançailles. Quand j’ai décidé de lancer mon entreprise, je me suis dit pourquoi ne pas exploiter ce talent. Toutefois, je n’avais pas les moyens financiers pour me lancer à grande échelle. Alors, j’ai décidé de convertir des boîtes en carton en plateaux décoratifs, “chain holder” ou “ring holder”, entre autres », dit-elle.

Pour cela, Hanshini ramenait des boîtes en carton à la maison, qu’elle découpait pour donner la forme voulue. Ensuite, elle les recouvrait avec du tissu et des rubans. Puis, elle les décorait avec des perles, des pierres artificielles, fleurs et autres accessoires. « Sans le réaliser, je me suis lancée dans le recyclage, qui a été bien accueilli d’ailleurs. Mes clients étaient tous des personnes de la classe moyenne qui n’avait pas de grands moyens pour acheter des accessoires décoratifs chers pour le mariage, mais en même temps cherchaient des objets fascinants qui sortent de l’ordinaire. En voyant les produits finis, personne ne croyait que c’est du recyclage. Parallèlement, je faisais aussi l’emballage de gâteaux », indique-t-elle.

Hanshini concevait ces produits à la demande des clients et selon le thème de leur événement. « Je travaille selon le choix des clients, mais j’ai aussi certains qui me laissent prendre la décision. Alors, je vais sur Internet pour entamer des recherches et je viens avec des idées exceptionnelles », précise-telle.

Toutefois, comme tous les débutants dans l’entreprenariat, Hanshini a dû faire face à la concurrence sur le marché. « Au bout de quelques mois, la compétition est devenue féroce. Je ne pouvais plus continuer sur le même rythme. Il fallait innover et trouver autre chose. C’est là qu’une idée m’est venue en tête. Je me suis tournée vers la restauration. J’ai rassemblé quelques personnes et j’ai créé un groupe de serveurs. Nous allions dans les mariages pour être au service des invités. Malheureusement, cette aventure n’a pas duré longtemps, car les demandes devenaient de plus en plus exigeantes. Les clients réclamaient les “all inclusive services”, c’est-à-dire la décoration, les couverts et les serveurs, entre autres, et je n’avais pas les moyens financiers pour offrir tous ces services », avance la femme entrepreneure.

Finalement, Hanshini décide de reprendre ses anciennes activités, c’est-à-dire la conception des objets décoratifs pour le mariage et les fiançailles. Toutefois, elle décide de proposer une plus grande gamme de produits. Outre les plateaux recyclés, elle a commencé à concevoir des corbeilles pour contenir des fruits. Elle achetait des paniers, les décorait pour ensuite les mettre en vente. « Mais ces corbeilles coûtaient cher, à la grande déception de mes clients. Dans la même foulée, mon mentor me propose de m’inscrire à un cours de formation en rotin, afin que je puisse fabriquer des plateaux et des paniers en rotin, que je peux décorer par la suite. C’est ainsi que je suis devenue membre de l’alors SMEDA où je me suis lancée dans une formation en “fibre craft” », explique-t-elle. Elle ajoute : « D’autres produits sont ainsi venus s’ajouter à ma liste de produits proposés à ma clientèle, comme des boîtes à bijoux, des décorations murales et des bouquets de fleurs, entre autres. » Hanshini s’est aussi inscrite au National Women Entrepreneur Council (NWEC) pour bénéficier de ses facilités, comme participer à des foires organisées à l’intention des femmes entrepreneures.

D’ailleurs, le commerce de Hanshini a beaucoup évolué à partir de là. « Grâce à ses foires, j’ai agrandi mon réseau de clientèle. Mes produits sont plus visibles sur le marché. Parallèlement, j’ai suivi une formation en leadership au NWEC », soutient Hanshini. Cette dernière est aujourd’hui une femme entrepreneure épanouie.

Selon elle, elle a pu réaliser ce parcours grâce au soutien financier de sa famille, en particulier son époux. « J’ai pu atteindre mes objectifs grâce au soutien de mon époux, qui m’a même encouragée à prendre des leçons de conduite. Aujourd’hui, je suis une femme indépendante. Maintenant que mon entreprise est bien établie, je souhaite travailler encore plus dur pour l’agrandir. En ce qui concerne les produits, je ne vais pas m’arrêter là. Après les boîtes en carton, je m’attaque maintenant à celles de conserve que je recycle pour transformer en objets décoratifs. Parallèlement, j’apprends à faire des décorations sur la joute. Cette année, je projette de m’inscrire à d’autres formations en vue de devenir une véritable professionnelle dans le domaine de l’artisanat », affirme Hanshini.

Enfin, elle aspire à devenir formatrice et à dispenser des cours payants à des femmes entrepreneures aspirantes dans le domaine de l’artisanat. « En ce moment, je suis formatrice à temps partiel pour des enfants issus du milieu défavorisé à Beau-Bassin. Cela m’a encouragée à devenir une formatrice professionnelle », ditelle.