Hier, le Deputy Prime minister, Xavier-Luc Duval, a animé une conférence publique à la municipalité de Port-Louis sur sa récente visite en Palestine. Il a notamment encouragé les Mauriciens à s’y rendre en visite touristique ou en pèlerinage notamment à Bethléem ou Jérusalem, d’autant qu’aucun visa n’est nécessaire.
Lors de son exposé, Xavier-Luc Duval a fait un bref historique de l’histoire de la Palestine, expliquant son importance spirituelle pour les trois grandes religions juive, chrétienne et musulmane. Outre «l’entente exceptionnelle entre les chrétiens et les musulmans», il a également été marqué par la «résilience» des Palestiniens qui, malgré toutes leurs difficultés, ont pu s’en sortir et vivent dans des conditions de vie raisonnables.
Il a ainsi montré la photo de «la Palestine de demain». Une ville appelée Rawadi, comptant environ 6 000 maisons, construites par un homme d’affaires, est un symbole d’espoir pour les Palestiniens, selon lui. «J’ai réalisé que ce dont ce pays a le plus besoin, c’est que les gens sachent quelle est la situation, comment vivent les habitants et qu’il y a de l’espoir dans ce pays», a déclaré Xavier-Luc Duval.
Ce dernier a eu l’occasion de se rendre au camp palestinien de Haifa et à l’hôpital de la région. C’est lors de cette visite qu’il a décidé de puiser dans le Sir Gaëtan Duval Fund pour apporter une aide financière à cet hôpital. À l’issue de sa visite à l’Université de Bethléem, un établissement mixte et fréquenté aussi bien par les catholiques que les musulmans, il a évoqué la possibilité d’éventuels échanges entre jeunes Mauriciens et Palestiniens, notamment à travers des stages à l’École hôtelière Sir Gaëtan Duval.
Il a également visité la mosquée Al Aqsa et le camp de réfugiés d’Aida, où vivent quelque 12 000 familles. Selon Xavier-Luc Duval, outre un gros problème de distribution d’eau, les moindres faits et gestes de ces familles sont surveillés par les soldats israéliens, omniprésents.
L’intervenant a ainsi mis l’accent sur l’importance de la liberté d’un pays, comme c’est le cas à Maurice. «Nous sommes un pays indépendant, où règne la liberté. Nous avons reçu plusieurs autres leçons. Nous avons compris la nature humaine, avec l’investissement de grands hommes d’affaires dans le progrès du pays. Et cela nous a fait réfléchir sur la façon dont nous pouvons venir en aide à ce pays. Nous avons un devoir d’aide». Il a d’autre part émis la proposition de placer un consul honoraire en Palestine.
Le Premier ministre adjoint a également visité la Mer Morte, Jéricho et l’église de la Nativité. Il s’est réjoui de l’accueil qu’il a reçu, où le président Mahmoud Abbas a mis à la disposition de la délégation mauricienne sa garde personnelle.
Lors de cette conférence, une minute de recueillement a été observée pour la Tunisie, frappée par un attentat terroriste qui a fait une trentaine de morts.