Le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth a réuni plusieurs ministères, ONG et sociétés civiles cet après-midi mardi 8 janvier à son bureau dans le cadre de la première rencontre du High Level Drugs and HIV Council, longtemps attendu par plusieurs associations.

« Juste la répression ne suffit pas, c’est une des raisons pour lesquelles nous avons mis sur pied le High Level Drugs and HIV council », a fait ressortir le Premier ministre face à la presse.

Cette instance aura pour tâche de veiller à la mise en oeuvre de la National Control Master Plan 2018-2020, la National Action plan for HIV & Aids ainsi que les recommandation de la Commission d’enquête sur la drogue.

Il est aussi question de venir avec des recommandations qui seront par la suite analysées par le gouvernement afin d’arriver à un meilleur système pour combattre l’impact de la drogue et le VIH dans le pays sur le long terme.

« C’est aussi promouvoir une approche multisectorielle visant à emmener de meilleurs solution à la drogue et au VIH, et à planifier des mesures concrètes pour minimiser l’impact de la drogue dans le pays » a-t-il déclaré.

Pravind Jugnauth a expliqué que plusieurs recommandations du rapport Lam Shang Leen ont été intégrées dans cette nouvelle structure, « telles que le National Drugs Secretariat qui sera basé au ministère de la Défense et le National Aids Secretariat ». Et d’ajouter : « Nous voulons construire un pays plus propre et trouver des solutions pour combattre ce fléau ».