La Fournaise Barbé Cup, la deuxième classique du calendrier local, était l’attraction principale de cette quinzième journée qui avait accueilli une bonne foule. Si Nooresh Juglall avait fait le déplacement spécialement pour piloter Bouclette Top, la victoire est revenue à l’autre Gujadhur, Kremlin Captain, piloté par Yashin Emamdee. Le cheval champion 2015 profita des circonstances pour réussir un pillar to post, reléguant le favori One Cool Dude, qui l’avait battu lors de leur première confrontation, à 4.10L. Il s’offrit du coup sa première victoire classique. Cela permet à Ramapatee Gujadhur de réussir la meilleure opération de la journée avec Rs 988 000 de gains remportés. Chez les jockeys, c’est Swapneal Rama qui s’est offert la plus grosse part du gâteau avec un triplé, tandis que l’Australien James Winks a réussi un doublé à sa première journée sur notre turf. Grande première également pour l’Indien Ravi Kumar Vaibhav sur Urbi Et Orbi, tandis que Nooresh Juglall s’illustrait sur Reim dans la cinquième.
Ils avaient évité la confrontation lors de la dixième journée. Auparavant, lors de leur unique rencontre jusqu’ici, le dernier mot était revenu à One Cool Dude dans la Coupe d’Or qu’il avait remporté au finish, tandis que Kremlin Captain s’était contenté de la quatrième place à 1.75L. Depuis ce jour, le crac de Ricky Maingard était considéré comme un meilleur cheval que celui de Ramapatee Gujadhur sur 1600m. Hier, One Cool Dude était nettement avantagé au handicap par rapport à ses adversaires. On prévoyait néanmoins une arrivée serrée entre ces deux champions. Cependant, le duel n’eut pas lieu puisque Kremlin Captain s’imposa dans un fauteuil à l’issue d’un start to finish. C’était la première classique qu’il épinglait à son palmarès qui affiche désormais 13 victoires en 17 sorties mauriciennces. Chapeau à Ramapatee Gujadhur et à tout son entourage pour cet exploit.
Il était de notoriété publique que Kremlin Captain tenterait le pillar to post vu qu’il n’y avait pas de réel front runners dans ce lot. Everest fut sollicité sur une centaine de mètres afin de conserver le plus longtemps possible l’avantage de la corde et faire travailler Kremlin Captain. Ce n’était pas dans l’intérêt du gris d’en faire plus, car un effort additionnel aurait sans doute hypothéqué ses chances. Avec Bouclette Top se positionnant dans le dos d’Everest, One Cool Dude fut condamné à évoluer à l’extérieur sur tout le trajet. Une fois aux commandes aux abords du premier passage du but, Emamdee prit le soin de laisser souffler sa monture. On vit d’ailleurs Rama reprendre Everest à partir des 1200m, tandis que Man To Man était retenu à pleins bras par son cavalier dans le dos de Bouclette Top tout comme Desert Sheik, confirmant, comme les temps fractionnés, que ce n’est que sur le premier furlong qu’il parcourût en 13.20 que Kremlin Captain eut à faire un petit effort. Par la suite, il réalisa 36.91 sur les 600m séparant le poteau des 1400m et celui des 800m. À titre de comparaison, Tornado Man avait été crédité de 35.66 sur la partie correspondante lors de la douzième journée avec des false rails à 2m50. C’était une indication claire que la course allait être réduite à un sprint court. Le manque de rythme ne servit pas les desseins des finisseurs. Dans ces conditions, Joorawon aurait pu prendre l’initiative et filer légèrement les rênes à sa monture afin de se rapprocher du leader qui n’aurait alors pas eu une aussi grande avance au démarrage. Au poteau des 600m, il était évident que Kremlin Captain allait être difficile à remonter. One Cool Dude était déjà sollicité à 400 mètres de l’arrivée afin de rester au contact. Emamdee ne se posa pas de questions. Kremlin Captain était déjà lancé et il s’avéra le plus fort au sprint. Il boucla les 1600m en 1.36.82, soit à seulement 10/100 du class record de Roman Manner.
Nooresh Juglall n’avait pas fait le déplacement de Singapore pour rien à l’occasion de cette journée classique. Si le nom de Bouclette Top était passé en boucle depuis plus d’une semaine, c’est sur Reim que notre compatriote se signala. La doublure de Ramapatee Gujadhur confirma qu’il valait plus que sa dernière sortie, qui avait d’ailleurs été passée à la loupe par les commissaires. Ce jour-là, l’apprenti Ramgopal avait toutefois obtenu le bénéfice du doute malgré les points pertinents relevés au cours de l’enquête, notamment du fait qu’il n’avait pas laissé son cheval courir dans son pas, cédant ainsi la corde au futur gagnant, son compagnon d’entraînement Kremlin Captain. S’agissant du déroulement de The Rhythmically Cup, il y eut deux pelotons. Nordic Warrior, Streetbouncer et Reim formaient le premier groupe, tandis que Tandragee, qui menait le deuxième peloton, se laissa prendre de vitesse après un furlong seulement. La logique aurait voulu qu’il ne se laisse pas trop distancer par ceux qui étaient considérés comme ses principaux adversaires surtout qu’il avait pris une bonne deuxième place derrière One Cool Dude la dernière fois après avoir suivi de très près. Certes, Tandragee se rapprocha quelque peu au bas de la descente et davantage dans le dernier virage, mais il ne fut logiquement pas en mesure de prolonger son effort jusqu’au bout. Sans doute aurait-il pu prendre la deuxième place s’il avait pu s’infiltrer à l’intérieur de Nordic Warrior dans la ligne droite finale, mais ce dernier lui referma le passage. En revanche, Reim trouva les ressources nécessaires dans la ligne d’arrivée pour forcer la différence.
La sirène retentit pour annoncer l’ouverture d’une enquête sur le départ de la première épreuve. Le cheval concerné était Seven Carat, qui s’élança avec plusieurs longueurs de retard. Après avoir revu le film de la course, il fut établi que le représentant de Shirish Narang pointa peu avant l’ouverture des stalles. N’ayant pas eu toutes ses chances au départ, il fut déclaré non-partant. Les mises sur le cheval furent remboursées, tandis que les gains sur le cheval gagnant furent touchés d’une déduction de 10 %. S’agissant du déroulement de la course, elle fut limpide pour Data Controller qui se montra le plus rapide au départ. Rama prit la sage décision de reprendre sa monture étant donné que Port Albert insista à son intérieur afin de conserver l’avantage de la corde. Une position en one off n’était pas un gros handicap hier vu qu’il n’y avait pas de false rails. Ce rang lui permit surtout de prendre de vitesse ses adversaires dans le dernier virage. Malgré un parcours compliqué en épaisseur, Joe’s Legacy conclut honorablement pour prendre la deuxième place devant Domani dont le jockey écopa de deux semaines de suspension pour avoir gêné Big Lion au 250m.
Rama, three in a row
The Shadari Cup n’a pas livré de surprise. La victoire est revenue à Karraar qui remporta son nouveau duel face à Unbridled Joy pour enregistrer sa troisième victoire d’affilée. S’il avait suivi de très près la dernière fois, Rama choisit d’évoluer plus en retrait vu qu’il y eut une lutte pour le commandement avec Gameloft, Phiri E Kwatile et Sir Earl Grey qui tentaient de conserver l’avantage de leur ligne intérieure sur Unbridled Joy. Ce dernier parvint à s’emparer du commandement sans sortir de son pas, tandis que Rama s’affairait à trouver la corde derrière Gameloft dans la première courbe. Toutefois, ce faisant, il gênait Cinchona, qui dut être repris afin d’éviter le pire. Pour cette faute, Rama plaida coupable sous la règle 160 A (e) et écopa d’une suspension de deux semaines qui fut ramenée à une semaine vu son clean record. Une fois en tête, Unbridled Joy réduisit l’allure. Gameloft, qui se montrait ardent, dut être repris afin d’éviter ses talons, tandis que Karraar dut être déboité, forçant Sir Earl Grey à évoluer en troisième épaisseur à partir de là. Cinchona fut également affecté par ce ralentissement. Les commissaires inculpèrent Juglall sous le règlement 160 A (b) for excessively reducing the pace of his mount, mais après avoir écouté « further evidence from jockey Juglall, the Stewards decided not to proceed further ». Il serait intéressant de savoir si une enquête sera ouverte afin de situer les responsabilités dans ces incidents ou si les turfistes devraient se contenter du contenu du rapport intérimaire. Cet incident fut probablement un « blessing in disguise » pour Karraar qui se retrouva en one off et s’assura surtout de ne pas être enfermé dans l’emballage final. Étrangement, le favori se retrouva sur la même ligne que Unbridled Joy dans la descente vu que le meneur avait quitté la corde. Juglall fut informé de son devoir de se placer le plus près possible des barres lorsqu’il est en mesure de le faire. Rama patienta jusqu’à l’entame de la ligne droite pour lancer sa monture à l’intérieur d’Unbridled Joy qui abusa quelque peu de la largeur de la piste. L’issue ne fit pas longtemps de doute. Dès qu’il mit la tête à l’ouvrage, le petit champion de Gilbert Rousset sortit un joli coup de reins pour confirmer sa supériorité dans ce lot.
Rama réalisa le triplé et offrit le doublé à Alain Perdrau grâce à Act of Valor qui faisait figure d’épouvantail en dépit qu’il s’était contenté des podiums lors de ses deux sorties 2016. Il avait surtout pour lui le fait d’avoir hérité de la première ligne, mais vu qu’il avait été contraint d’évoluer en attentiste après s’être élancé maladroitement lors de la dixième journée, des doutes pouvaient subsister. Rama fit voler en éclat ces doutes en prenant les choses en main dès les premières encablures. Certes, Navistar parvint à se positionner sur son arrière-main sans forcer, mais il subit la supériorité du favori sur le kilomètre tout comme Mount Hillaby et les autres.
James Winks n’aura pas attendu longtemps pour se signaler pour le compte de Patrick Merven. L’Australien fit mouche à sa quatrième monte de la journée sur The Tripster, qui participait à la quatrième épreuve. Le départ de cette course fut retardé de plusieurs minutes après que Scorecard eut fait des siennes, se retrouvant même bloqué sous la portière de sa stalle pendant une dizaine de secondes. Le représentant de Jean Michel Henry fut retiré des boîtes afin qu’on puisse réajuster ses harnachements. Suivant l’épisode Jiggery Pokery lors de la douzième journée, où il refusa de s’élancer après que le départ eut été retardé de quelques minutes suite à un incident, on pensait que le juge du départ aurait retenu la leçon et qu’il aurait retiré tous les autres chevaux des boîtes comme c’était la pratique dans le passé, mais tous les chevaux furent maintenus dans leurs stalles. Cela prit un peu moins de quatre minutes pour que les harnachements et la selle de Scorecard soient réajustés, que le cheval obtienne le feu vert du vétérinaire après un petit trot et que tous les chevaux intègrent leurs stalles. Cette longue attente joua probablement sur la concentration de certains chevaux. Du reste, Nothing Compares s’élança avec plusieurs longueurs de retard, réduisant à néant ses chances de prendre une part active à l’arrivée.
S’agissant du vainqueur The Tripster, il gagna sa course lorsqu’il surmonta le handicap de sa septième ligne en moins d’un furlong. On comprend mal le choix tactique d’Emamdee qui, après avoir demandé un effort au 900m à Super Glue pour améliorer sa position afin qu’il ne demeure pas en troisième épaisseur, le sollicita à nouveau à partir du poteau des 600m pour suivre The Tripster alors que ce dernier imprimait un train sélectif. La nouvelle unité de Ramapatee Gujadhur s’effaça dans la ligne d’arrivée. Comble de malheur, il fut bousculé par The Real Hero qui versa brusquement à l’extérieur lorsque lui donna un coup de cravache sur son flanc droit. Une enquête sera ouverte mardi matin sur cet incident. Malgré l’allure qu’il imprima, The Tripster maintint, lui, le rythme pour résister au retour de Valerin avec assurance.
Premières pour Winks et Vaibhav
Après Bono Vox la semaine dernière et The Tripster un peu plus tôt durant la journée, Moi Power était le troisième nouveau de l’entraînement Merven à briller. En l’absence d’un vrai front runner, Melson tenta le coup tactique en contournant le peloton pour prendre le train à son compte. Ce faisant, il incommoda Rum Tum Tugger qui dut être repris par son cavalier, Stephen Baster. Les commissaires enquêteront mardi prochain sur cet accrochage, ainsi que sur un incident impliquant Melson, Moi Power, Bora Bora et Ted Bassett aux abords du poteau des 1000m. Moi Power fut déboité peu après. Cela lui permit de se rapprocher graduellement sur le flanc du meneur qu’il accrocha sérieusement à l’entrée de la ligne droite. En comparant le style de Bhaugeerothee à celui de Winks à ce moment de la course, on pouvait déjà pronostiquer en faveur de l’Australien qui ne s’était pas encore mis en évidence.
Après une journée en observateur, Ravi Kumar Vaibhav fit mouche dans la course de clôture sur Urbi Et Orbi, qui ne constituait que sa troisième monte de la journée, alors que son yard avait confié six autres montes au Mauricien Kevin Ghunowa. Une situation qui suscite des interrogations dans les coulisses. Cette épreuve fut marquée par la chute de Kevin Ghunowa qui s’était vu confier la monte de Blue Lord de chez Allet. L’incident intervint dans le dernier virage lorsque Ravatak fut déboité derrière Mojo G, forçant Blue Lord sur Urbi Et Orbi qui se rapprochait à l’extérieur. Le cheval de Vincent Allet accrocha les talons d’Urbi Et Orbi et chuta, désarçonnant violemment son cavalier. Plus de peur que de mal pour Ghunowa, qui regagna le paddock dans l’ambulance. Vaibhav démontra qu’il avait bien cerné notre piste, lançant sa monture au moment opportun pour dominer Tornado Man, qui avait tenté le bout en bout. Il serait intéressant de connaître les instructions données à Emamdee pour le pick up ride sur Bright And Blue qui fut monté à fond uniquement dans l’ultime ligne droite. Pour ne pas avoir lancé son cheval au 400m lors de la douzième journée, l’apprenti Roy avait écopé d’une suspension de huit courses réservées aux cavaliers mauriciens.