Pour son retour après un séjour en France, Jean Pierre Guillambert, n’a pas raté le coche. Le Club Jockey réalisa un triplé, dont un doublé sous les couleurs de l’écurie Gujadhur, qui était sans jockey attitré suite au départ de Yashin Emamdee en attendant l’arrivée annoncée mercredi prochain du Néo-zélandais David Walsh. Bernard Fayd’Herbe fut le seul autre étranger à inscrire son nom au tableau des vainqueurs grâce à Recall To Life, victorieux de l’épreuve principale. Chez les locaux, Swapneal Rama, Girish Goomany et Sunil Bussunt ont amélioré leur score, tandis que Sunil Bhundoo mit fin à quatre années sans victoire sur l’extrême outsider Triad Of Fortune.
Bernard Fayd’Herbe fit le bon choix en optant pour Recall To Life au détriment d’Everest dans l’épreuve principale, The Pierre Noël Cup, qui n’accueillait que quatre chevaux. Certes, Recall To Life restait sur deux victoires consécutives, mais la troisième place d’Everest à 0.60L de Kremlin Captain dans un Gr.1 lors du dixième acte qui était aussi une référence. Finalement, le gris fut confié à Swapneal Rama, un des jockeys en forme du moment et victorieux un peu plus tôt sur Rebel’s Game à l’issue d’un pillar to post. Lorsqu’on vit Everest s’emparer assez facilement de la position tête et corde — Bussunt n’insista pas après une centaine de mètres sur Ryder Cup —, on voyait Rama capable de réussir le doublé. Mais contrairement à la deuxième épreuve où il avait réduit la course à un sprint sur 600m, le cavalier mauricien fila les rênes à Everest. Malgré ce champ restreint, Desert Sheik fut condamné à suivre en one off, ce qui ne fit pas son affaire vu que c’est un cheval qui préfère courir cacher tout comme Recall To Life, qui put, lui, se placer dans le dos de Ryder Cup côté corde. Les bousculades dont fut victime le favori aux 1300m et au 1000m, n’eurent pas de grosses influences sur le déroulement de la course, mais ils valurent à Guillambert un rappel des commissaires. Le nez au vent, Desert Sheik se rapprocha dans la descente. De ce fait, il manqua de punch pour finir. En revanche, Fayd’herbe garda Recall To Life dans le dos de son adversaire et lorsqu’il vit le jour à l’entrée de la ligne droite, son accélération s’avéra irrésistible. Everest se montra accrocheur pour la deuxième place, synonyme d’un total de Rs 310 000 de stakes money récoltés pour leur entraîneur. Le vainqueur boucla les 1600m en 1.37.74, soit la deuxième meilleure marque sur la distance cette saison derrière Kremlin Captain, qui avait déjà arrêté le chronomètre à 1.36.82. Une performance qui pousse certainement Gilbert Rousset à songer à la course de Groupe pour son protégé.
Guillambert se signala la première fois sur le récent vainqueur Van Der Scaler dans l’épreuve d’ouverture. On dit toujours que la ligne a son importance au Champ de Mars et davantage avec la présence des false rails à 4M50. Vaibhav l’aura appris à ses dépens sur le favori de l’épreuve d’ouverture Jiggery Pokery qui avait hérité de la septième ligne. En effet, il ne fut jamais en mesure de surmonter ce handicap, condamné en troisième épaisseur sur pratiquement tout le trajet, et ne put prendre une part active à l’arrivée. Epicentre perdit également ses chances au départ lorsqu’il fut bousculé par Port Albert, qui s’élança de travers. Le podium fut composé des chevaux qui avaient hérité des trois premiers couloirs. De sa deuxième ligne, Van Der Scaler fut toutefois forcé à évoluer sur le flanc gauche d’Elusive Love, qui s’était élancé à son intérieur. Le représentant de Ramapatee Gujadhur revenait toutefois après une victoire sur 1500m et sa tenue lui permit de ne pas ressentir les effets des false rails dans l’emballage final. Eternal Love donna l’impression de pouvoir tenir jusqu’au bout mais Van Der Scaler se montra plus percutant pour s’imposer facilement. Fayd’Herbe se fit même coiffer pour la deuxième place par Kentucky Bluegrass, qui confirma que le parcours du jour était trop court pour ses réelles aptitudes.