Rajkamal Taposeea au centre avec la veste bleu

Rajkamal Taposeea tient à sa position de président du Mauritius Turf Club. C’est sans nul doute la raison pour laquelle il a postulé pour la place qui était devenue vacante suite à la fin de son mandat de trois ans comme Administrateur du MTC il y a quelques semaines. Frantz Merven, lui, n’en avait pas fait de même. Ses collègues de 2019, Paul France Tennant, Denis Doger de Spéville, Rajesh Servansingh, Anoop Madhow et le nouvel arrivé Nicolas Carosin l’ont choisi pour assumer à nouveau le rôle de président.

Les membres du club ne se sont pas déplacés en grand nombre, ils étaient environ une cinquantaine, vu la messe était dite en ce qui concerne les deux places d’Administrateurs. C’est le CEO Michael Rishworth qui a parler de la saison 2019 et regrette quelque peu part de n’avoir pu atteindre le but qu’il s’était fixé. «Je voulais jouer un rôle important dans la formulation d’un plan, et en commençant par sa mise en œuvre, pour placer l’industrie des courses sur une nouvelle voie stratégique vers la prospérité à long terme. J’espère sincèrement que nous pourrons y parvenir en 2020.» Quant à Rajkamal Taposeea, il a, dans son message, fait part des difficultés qu’a rencontré le club lors de la dernière saison. Il a, entre autres, fait mention des manques à gagner suite à la disparition des off course bookmakers -Rs 27,3M) et aussi des baisses rencontrées tant au niveau du betting (-7%) qu’au niveau du sponsorship.

Ce qui a le MTC a accusé une perte de Rs 5,8M pour la dernière année financière. Il a aussi tenu à souligner que cela n’a néanmoins pas empêché que les Stakes Money soient augmentés tout comme les subsides accordés aux établissements. Lors de cette assemblée générale, on a aussi eu droit à 35 nouveaux membres fondateurs pour porter le nombre à 450 comme prévu à l’article 9 des Statuts du MTC. Parmi ces nouveaux membres, on retient les noms de Jean-Michel Lee Shim, Jacques Malié et Samraj Mahadia. 33 membres associés ont aussi été élus.