L’hôtel Indian Resort, du groupe Apavou, a écopé le 22 mars d’une suspension de son permis d’opération. Il a dû, hier, fermer ses portes à sa clientèle ainsi qu’à ses employés. Cette décision émane de la Tourism Authority (TA) qui sanctionne l’hôtel en raison des différentes contraventions retenues à son encontre depuis plusieurs mois. Plusieurs organismes, dont la Santé et l’Environnement, ont, en effet, relevé de nombreuses entorses aux normes et lois en vigueur. Le groupe Apavou a souvent fait l’objet de critiques, avec même une répercussion sur la scène internationale à travers des émissions télévisuelles étrangères, dont Thalassa. A ce stade, selon nos informations, les quelques clients de l’hôtel devraient être déployés dans d’autres établissements du groupe. Quant aux employés, ils devraient être pris en charge à travers un programme de réintégration de la National Empowerment Foundation.
La TA a décidé de fermer les 349 chambres de l’hôtel Indian Resort, situé dans le sud-ouest de l’île, au Morne. Pour cause, le non-respect des normes établies pour assurer le bien-être de la clientèle et une qualité de service. L’établissement avait ainsi écopé de plusieurs contraventions depuis l’année dernière. Si les inspecteurs de la Santé et de l’Environnement ont demandé au gérant du groupe Apavou de se conformer aux normes d’hygiène au sein de l’établissement, on apprend que lors de la dernière inspection, ils n’ont pas été satisfaits de l’état de l’hôtel. « Certains hôtels se prétendent détenir tel ou tel nombre d’étoiles, mais dans la réalité, c’est tout à fait autre chose. Nous avons eu beaucoup de problèmes avec ce groupe », laisse-t-on entendre à la TA qui a, hier, ainsi suspendu le permis d’opération de Indian Resort.
Éviter de ternir l’image de la destination Maurice
En effet, outre les plaintes à propos de cet hôtel déposées à la TA, les commentaires des touristes qui y ont séjourné pleuvent sur le Web, décrivant l’état d’insalubrité dans lequel opère lndian Resort. Une donne qui a fait réagir la TA afin de protéger l’image du pays.
Le groupe Apavou a souvent été pointé du doigt depuis plusieurs années, certains touristes estimant avoir été arnaqués durant leur séjour à Maurice au sein de ses hôtels. Outre le Web, des images ont été diffusées sur des chaînes de télévision étrangères, dont la fameuse émission Thalassa sur l’industrie touristique à Maurice.
Afin d’éviter de ternir l’image de la destination Maurice, le licencing committee de la TA responsable de l’octroi des permis d’opération a décidé de cette sanction. Pendant trois mois, l’hôtel Indian Resort restera fermé, le temps que la direction de l’hôtel fasse les travaux nécessaires. Entre-temps, les employés de l’établissement s’inquiètent de leur sort. Ils ont appris la nouvelle de fermeture vendredi 30 mars. Selon nos informations, à l’instar des clients de l’hôtel qui ont été redéployés dans les autres établissements du groupe, tel sera le cas pour les 300 employés de l’Indian Resort. On apprend également que la TA s’assurera de leur prise en charge, avec notamment la collaboration de la National Empowerment Foundation.
70 établissements verbalisés
Depuis le début de l’année, en raison des nombreuses plaintes des touristes et autres clients mécontents du service reçu dans certains des établissements hôteliers et restaurants de l’île, l’organisme régulateur est sur le pied de guerre. Pour contrer les mauvaises pratiques dans le secteur, la TA, en collaboration avec la police de l’Environnement et les inspecteurs sanitaires, a renforcé ses inspections.
De janvier à mars, pas moins de 150 visites ont été effectuées dans les hôtels, restaurants, nights clubs, clubs privés, etc. tombant sous l’égide de la TA. 38 contraventions ont été délivrées et 70 établissements ont été verbalisés. Non-respect des normes d’hygiène et pollution sonore figurent parmi les infractions qui leur sont reprochées. « Nous ne pouvons tolérer ce genre de choses », indique-t-on à la TA qui travaille de concert avec le ministère du Tourisme en vue d’établir un classement des hôtels selon les étoiles. « Les critères seront bien définis pour disposer de tel ou tel nombre d’étoiles. Il s’agira, par exemple, de la qualité des chambres, de la réception, de la maintenance des facilités… », indique un cadre de la TA.