Il a 31 ans, fait de la musculation et se présente comme un joueur professionnel, un punter, dit-il. C’est à ce titre qu’il a fait la connaissance d’un directeur de compagnie, d’un avocat et de l’ex-ministre de la Justice pour monter une opération de paris sur internet. C’est tout au moins ce qu’il a affirmé mercredi dans un affidavit long de plus d’une centaine de paragraphes et de plus d’une trentaine d’annexes. Le contenu de cet affidavit a obligé le Premier ministre à demander à l’ex-ministre de la Justice de soumettre sa démission, jeudi après-midi. Quelques heures auparavant, grâce à un confrère, nous avions pu rencontrer Hussein Abdul Rahim. Voici sa version de l’affaire qui occupe la une de l’actualité depuis lundi dernier.