Une étude a été commanditée par l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) et l’Independent Broadcasting Authority (IBA) afin de déterminer le nombre de foyers qui ne sont pas encore branchés à la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et ceux possédant un décodeur/récepteur TNT. Des questionnaires seront distribués dans les boîtes aux lettres de chaque foyer mauricien par le biais de la Mauritius Post Ltd. L’exercice débutera le 18 février et s’étalera sur six semaines.
Ces questionnaires devront être retournés au facteur ou au bureau de poste le plus proche de son domicile avant le 16 mars 2013. Il est simple à remplir car la personne devra cocher la case “Oui” ou la case “Non” pour indiquer si elle possède un décodeur/récepteur TNT chez elle. Elle devra ensuite y indiquer son nom.
La Mauritius Post Ltd est un des partenaires de cette étude décisive visant à statuer sur l’état du passage de la télévision analogue à la TNT à Maurice. Plus de 500 facteurs seront mobilisés dans le cadre de cette opération. Une fois l’exercice terminé, les questionnaires seront renvoyés à l’ICTA et l’IBA et le dépouillement débutera en avril.
Le passage de l’analogue au digital est une nécessité. Selon les recommandations de la SADC, Maurice devra entièrement passer de l’analogue au digital d’ici à fin 2013. La TNT comporte des avantages : plus de chaînes ; meilleure qualité d’images et de sons ; libéralisation des fréquences radios (spectrum) permettant de les dédier à d’autres fins comme pour l’Internet haut débit, entre autres. Maurice a, soulignons-le, introduit la TNT en 2005.
L’exercice a été lancé la semaine dernière par le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les locaux de l’ICTA à Port-Louis. « Une fois l’étude finalisée, nous serons en mesure de décider de la politique à adopter en faveur du passage à la TNT », affirme Tassarajen Pillay Chedumbrum. Il souhaite que la migration à la TNT soit effectuée avant juin 2013.
Suraj Bali, directeur de l’IBA, souligne de son côté que la TNT permettra non seulement de recevoir une meilleure qualité d’images et de son, mais favorisera aussi les productions locales et les enhanced information services.
Trilock Dwarka, Chairman de l’IBA et de l’ICTA, qui insiste sur la vulgarisation de la TNT, est d’avis que Maurice est bien avancée dans le processus de migration bien avant la date butoir fixée par les organismes internationaux régissant le secteur. Cette étude, explique-t-il, permettra aux autorités d’adopter les mesures nécessaires afin d’assurer que tous les foyers mauriciens ont adopté la TNT. Les autorités se pencheront par la suite sur la question de savoir si les importateurs devront importer des télévisions avec décodeurs TNT intégrés.