La charte environnementale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Maurice (CCIFM) a subi une refonte après la première version parue en 2009. Désormais, elle exige un engagement auprès des entreprises qui souhaitent y adhérer pour des actions concrètes. Cette charte repose sur le principe d’accompagner les entreprises concernées vers une croissance responsable et durable dans une démarche de réduction de l’impact négatif de leurs activités sur l’environnement.
Dans le cadre de cette charte environnementale Édition 2013, la Commission Environnement a tenu à renforcer la direction pragmatique déjà amorcée depuis trois ans. Ainsi, pour 2013, cinq axes prioritaires ont été retenus : économies d’énergie, gestion raisonnée de l’eau, réduction et gestion optimisée des déchets, amélioration de la qualité de l’air et des émissions atmosphériques, désignation d’un responsable et création d’emplois directement liés à “l’économie verte”. La première version de la charte environnementale laissait les entreprises libres de choisir leurs actions, mais avec l’édition 2013, elles devront s’engager sur un projet autour des cinq axes définis par la charte, qui ne sont toutefois pas limitatifs : « L’entreprise est libre de choisir un axe, du moment qu’il cadre avec l’esprit de la charte, mais il faut que le projet soit quantitatif », fait comprendre Jean-Bruno Paquien de la Commission environnement. Des recommandations et un accompagnement au diagnostic environnemental seront proposés aux entreprises.
Les sociétés concernées seront tenues à partir de janvier 2013 de mettre sur pied au moins une initiative dans la durée et quantifiée durant toute l’année prochaine, en intégrant la composante « réalisations concrètes » à la Charte Édition 2013. Dans le but de récompenser le progrès, le développement et l’innovation de ses entreprises, la Commission environnement attribuera par ailleurs un prix CCIFM Environnement au cours du premier trimestre 2014.
Une page intitulée “AVM” a été créée sur le réseau social Facebook afin d’utiliser ce moyen de communication moderne pour promouvoir la cause écologique auprès de la population, plus particulièrement des jeunes. Chronologiquement, l’objectif de cette page, explique Sébastien Leblanc de la Commission environnement, est de rassembler un maximum de jeunes sur Facebook, sensibiliser sur l’écologie, utiliser le numérique pour mobiliser des actions sur le terrain et enfin inciter les entreprises à communiquer les initiatives sur Facebook. En créant cette page, la CCIFM souhaite être partie prenante des actions pour la promotion de l’environnement.
Les résultats d’une étude réalisée par la Commission environnement durant l’année auprès des entreprises membres ont été présentés hier à l’atelier Dumont, Ébène. Celle-ci révèle que 74 % d’entre elles sont déjà engagées dans une démarche environnementale. Les actions entreprises le plus souvent sont, dans l’ordre, la sensibilisation du personnel, l’économie d’énergie et le recyclage des déchets.
Les firmes Diadeis, Orange Business Services et Infomil ont par ailleurs effectué des témoignages d’initiatives entreprises par chacune d’entre elles. Diadeis a mené des actions comme éteindre le surplus de lumière, mettre les appareils informatiques en mode veille et préférer l’air naturel à l’air conditionné en hiver, entre autres initiatives. Cela lui a permis de faire des économies de l’ordre de Rs 20 000 par mois. Pour la période de janvier à juillet, la note d’électricité a baissé de 13 %, ce qui représente une économie de Rs 115 200. Une partie de cette somme a été reversée dans des activités de loisirs pour les employés, les pots mensuels, entre autres.
La Chambre de Commerce et d’Industrie France Maurice, pour rappel, est une association mauricienne. Elle compte 110 membres qui représentent près d’une quarantaine de secteurs d’activité à Maurice employant plus de 10 000 salariés