AFP

Un Russe, un Japonais et un Américain ont quitté l’ISS et sont revenus sur Terre dimanche accompagnés d’un ballon de foot qui pourrait être utilisé lors du match d’ouverture de la Coupe du monde mi-juin à Moscou, selon les autorités spatiales russes.

Anton Chkaplerov, Scott Tingle et Norishige Kanai ont touché Terre à 12H39 GMT dans une capsule Soyouz MS-07 près de la ville de Jezkazgan, dans la steppe du Kazakhstan, après avoir passé 168 jours en orbite à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Dans une vidéo diffusée en direct par Roscosmos, l’on aperçoit la capsule toucher terre et le cosmonaute Anton Chkaplerov s’en extirper le premier avant d’être pris en charge par les équipes au sol.

« Nous sommes un peu fatigués mais heureux de ce que nous avons accompli et heureux d’être de retour sur Terre », le voit-on déclarer dans cette vidéo.

Scott Tingle et Norishige Kanai doivent à présent se rendre à Houston, aux Etats-Unis – en passant par la ville kazakhe de Karaganda – pour effectuer des tests médicaux.

Dans une vidéo publiée jeudi par Roscosmos, on voyait Anton Chkaplerov et son collègue Oleg Artemiev s’entraîner à bord de l’ISS avec un ballon de foot Adidas Telstar 18.

Selon l’agence russe TASS, ce ballon devrait être utilisé lors du match d’ouverture de la Coupe du monde le 14 juin à Moscou, bien que cette information n’ait pas été confirmée par la Fifa.

Les trois hommes ont passé plus de cinq mois dans l’espace pour mener de nombreuses expériences scientifiques.

Scott Tingle, qui effectuait son premier vol, a même pu sortir dans l’espace pour remplacer la « main » d’un bras robotique de la station.

L’astronaute Norishige Kanai a documenté son voyage en japonais sur Twitter, où il avait notamment déclaré en janvier avoir grandi de neuf centimètres quelques semaines après être arrivé à bord de la station.

Il avait ensuite corrigé ses propos, indiquant n’avoir gagné que deux centimètres.

Selon l’agence spatiale américaine Nasa, les astronautes peuvent gagner jusqu’à 3% de leur taille dans l’espace, mais retrouvent leur taille normale lorsqu’ils reviennent sur Terre.

Le laboratoire de la station spatiale internationale, un rare exemple de la coopération entre la Russie et les Etats-Unis, est en orbite depuis 1998, à la vitesse de 28.000 km/heure.

Seize pays participent à l’ISS, qui a coûté au total 100 milliards de dollars, en majeure partie financés par les États-Unis et la Russie.

-AFP