Dans sa toute première interview au Mauricien, la nouvelle maire de Quatre-Bornes parle de ses priorités et aborde les premières difficultés déjà rencontrées. Rooma Meetoo exprime sa conviction de venir à bout, grâce à la collaboration dit-elle de tous les conseillers indistinctement, du problème de la congestion routière dans le centre ville et de celui des marchands ambulants en période de fin d’année.
Quelles sont vos priorités en ce début d’année ?
Dès le lendemain de notre investiture nous avons commencé à travailler. Dès notre entrée en fonction, nous avons commencé à accueillir à la municipalité les membres du public pour écouter leurs doléances. Nous nous sommes alors rendu compte qu’ils partagent tous le même souci : le ramassage d’ordures ménagères.
Puis se sont succédé, un week-end, la période des fêtes de fin d’année et ce premier cyclone de 2013.
Vous n’êtes pas sans savoir qu’à la veille des dernières élections municipales la municipalité de Quatre-Bornes a résilié le contrat des compagnies privées qui assuraient le ramassage d’ordures à travers la ville. La municipalité a par la suite embauché environ 90 personnes comme éboueurs. Or, la plupart sont des femmes qui ont refusé de monter dans les camions pour aller faire leur travail…
Ce n’est pas évident de demander à des femmes de monter dans le caisson d’un camion…
Mais, elles avaient toutes au préalable accepté l’emploi…
Qu’avez-vous alors fait ?
Nous avons demandé aux cadres de la mairie de faire une évaluation du nombre d’éboueurs et de nouvelles recrues, en termes d’hommes et de femmes, du nombre de camions en état de marcher ou non, etc.
On s’est également rendu compte que durant la période de Noël, il y avait beaucoup de foyers à Quatre-Bornes où l’on n’avait pas enlevé les déchets. Ce qui a occasionné un manque flagrant d’hygiène, d’où le nombre de plaintes à cet effet de la part des citoyens à la mairie. Voilà pourquoi le ramassage d’ordures reste notre priorité en ce début d’année.
Outre cette résiliation de contrat à la veille de la période des fêtes et le passage d’un cyclone non loin de nos côtes, il nous fallait aussi compter avec un fort taux d’absentéisme à la municipalité. Notez que nous avons quand même réussi à pallier tout cela en faisant appel à des camions privés.
Quelles sont vos autres priorités ?
On songe à impliquer davantage les jeunes dans les activités de la municipalité. Ils en ont été pendant trop longtemps exclus. Dès ce mois, un groupe de trois jeunes, épaulé par une conseillère, va proposer volontairement un projet.
Lequel ?
C’est dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) ; cela consistera à informatiser les centres municipaux et à s’assurer que les équipements de sports soient utilisés à bon escient. Même si cela doit impliquer une extension des heures d’ouverture de ces centres…
Vendredi, ce sera la toute première réunion du conseil municipal de 2013. Qu’est-ce qu’il y aura à l’ordre du jour ?
D’abord, nous comptons lancer un appel à la solidarité et l’unité entre les deux principaux blocs politique qui constituent le conseil. Cela dans l’intérêt et le bien-être des habitants de Quatre-Bornes et pour le développement de la ville.
Je vais faire un appel pour qu’on enterre une fois pour toutes la hache de guerre électorale et pour qu’on s’attelle ensemble à travailler pour les habitants. Comme nous l’avons tous promis de le faire durant la campagne. Je vais aussi exhorter les cadres et le personnel administratifs pour davantage d’engagement pour l’avancement de la ville.
Et puis il y aura les items habituels : la présentation des permis approuvés, etc.
À Quatre-Bornes, il y a deux problèmes qui perdurent : la congestion routière dans le centre ville à la Route St Jean et  la nécessité d’un nouveau marché moderne. Que proposez-vous de concret ?
Pour la congestion routière, nous allons, comme déjà annoncé dans notre programme électoral, commanditer une étude sur l’ampleur de ces problèmes et les solutions envisageables.
À qui allez-vous demander de faire cette étude ?
Aux cadres municipaux. Nous pensons qu’il y a des cadres à la municipalité qui sont très compétents. Il nous faut tout faire pour que les Quatre-Bornais puissent se déplacer entre les quartiers périphériques et le centre ville et dans le centre ville lui-même sans difficultés. D’où notre proposition de l’introduction d’un système de transport intra-urbain.
À cause du trop grand nombre de sens uniques, nous tournons en rond à Quatre-Bornes. Le public sera informé en temps et lieu des détails.
Et par rapport au marché ?
Comme déjà indiqué dans notre programme, nous proposons la construction de trois à quatre marchés de quartier à travers la ville, en attendant la réalisation du projet d’un nouveau grand marché municipal moderne. Vous n’êtes pas sans savoir que le gouvernement s’est réservé le site de l’actuel marché municipal de la Route Saint Jean pour le tracé du projet de métro léger. Remarquez que nous n’abandonnons pas le projet d’un nouveau grand marché municipal moderne.
Et le problème récurrent des marchands ambulant en période de fin d’année ?
Nous nous proposons de faire effectuer un recensement de ces marchands à Quatre-Bornes. La municipalité dispose de toutes les statistiques nécessaires. Nous sommes confiants de pouvoir présenter d’ici la fin de 2013 une solution permanente.