Navin Ramgoolam a proposé l’expertise de Maurice dans divers domaines pour accélérer les investissements sur le continent africain lors d’une intervention hier au sommet de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) à Victoria Falls au Zimbabwe, selon un communiqué diffusé par le bureau du PM.
Le Premier ministre a fait part d’une nouvelle stratégie globale (Expanded Africa Strategy) pour accélérer les investissements sur le continent. Cette stratégie africaine est axée sur quatre piliers qui sont des atouts pour Maurice, à savoir son expérience en démocratie, la bonne gouvernance et le développement ; l’accélération de l’intégration régionale ; l’accroissement d’opportunités économiques pour les citoyens et la volonté d’agir comme catalyseur d’investissements en Afrique.
Dans le cadre de cette stratégie, a expliqué Navin Ramgoolam, Maurice a créé un Africa Fund dont l’objectif est de participer au financement d’entreprises voulant investir dans des projets viables dans un pays africain. Ce fonds va aussi offrir des services payants de consultants à des entités tant gouvernementales que privées en Afrique dans des domaines où Maurice dispose d’un avantage compétitif. Ainsi, Maurice est bien engagée à développer les ressources humaines en Afrique d’où la décision du gouvernement d’offrir 50 bourses d’études totalement gratuites à des jeunes Africains.
Le Premier ministre a, par ailleurs, annoncé la participation de Maurice aux côtés des Seychelles, du Malawi, de la Zambie et du Mozambique à un Programme accéléré d’intégration économique avec le soutien de la Banque mondiale. Ce programme vise à promouvoir davantage d’échanges commerciaux et d’investissements en Afrique.
Navin Ramgoolam a aussi évoqué la décision de Maurice et des Seychelles de parvenir à un accord sur le partage de leur plateau continental au lieu de s’engager dans un litige qui aurait pris des années à résoudre. Pour lui, c’est un exemple de coopération à suivre.
Le Premier ministre mauricien a aussi insisté sur la bonne gouvernance et des structures légales comme conditions pour créer un environnement rassurant pour attirer des investissements directs de l’étranger en Afrique.
Il a fait part aux chefs d’État et de gouvernement de la SADC du procès intenté par l’État mauricien à la Grande Bretagne qui avait détaché l’archipel des Chagos du territoire mauricien avant l’indépendance. Ce procès concerne la décision de la Grande Bretagne d’établir un parc marin protégé dans les Chagos. Selon le Premier ministre, la décolonisation de l’Afrique ne sera pas complète aussi longtemps que Maurice n’aurait pas exercé sa souveraineté sur l’archipel des Chagos dans son intégralité. Navin Ramgoolam a exprimé sa reconnaissance à la SADC pour son soutien aux revendications de Maurice sur cette question.