Le ségatier tire sa révérence. À 68 ans, il compte un nombre incalculable de titres et de nombreuses tournées à Maurice et ailleurs. Le regard nostalgique, Jean-Claude Gaspard raconte son parcours, exprime son éternel amour pour le séga. Sans aucun regret, il se dit prêt à dire salam à son public pour faire place à la nouvelle génération. Le samedi 12 juillet, au J&J Auditorium, il clôturera son dernier tour de chant en interprétant sa légendaire composition Dhobi de classe pour dire au revoir en beauté.
“Finn ariv ler pou mo dir adieu piblik !”, affirme Jean-Claude Gaspard. Dans un peu plus d’une semaine, il fera ses derniers pas sur scène. Interprétera ses plus beaux succès, tels que Dhobi de classe, Problem Kari, Wachi Wala, et dévoilera trois nouvelles compositions qui figurent sur le dernier opus de la famille Gaspard, Kas Pake.
Sa chemise rouge vif lui donne l’air gaillard, mais l’homme confie ne plus respirer la même forme physique. C’est d’ailleurs une des raisons qui le pousse à dire salam. En 2004 déjà, dans un entretien accordé à l’express, il confiait : “Mo pe komans retir mwa, monn fatige. Bann vie bizin les la plas a bann zenn !”
Aujourd’hui, Jean-Claude Gaspard réitère son propos, avec plus de conviction. Le samedi 12 juillet ? “Mo pou met enn dernie fwa lanbians ! Je passerai le flambeau à mes enfants, Mary-Jane et Denis Claude.” Une façon pour l’artiste de terminer sa carrière en beauté, en sachant que la relève est assurée. Ce concert, c’est sa manière à lui de remercier ceux qui l’ont suivi pendant plus de cinquante ans.