Jean Michel Pitot (Photo d'archives)
  • Le ministre Lesjongard estime que le tourisme jouera un rôle central dans la réalisation d’une croissance constante du nombre d’arrivées

L’avenir du tourisme était au coeur des préoccupations lors du Rebranding du Paradise Cove Boutique du groupe Attitude. Jean Michel Pitot, CEO du groupe Attitude, affirme à cet effet que le ministère du Tourisme devrait se doter de pouvoirs accrus, tout en arguant que le tourisme n’est pas qu’une affaire de promotion de la destination. Et de souligner que « la MTPA devrait agir en partenariat renforcé avec le secteur privé ».

Joe Lesjongard, ministre du Tourisme, est d’avis que ce secteur sera appelé à jouer un rôle central dans la réalisation d’une croissance constante du nombre d’arrivées afin d’atteindre l’objectif gouvernemental d’une économie à revenu élevé. Ce développement du secteur touristique, explique-t-il, s’articulera autour de quatre axes principaux, en l’occurrence l’attractivité, l’accessibilité, la visibilité et la durabilité de la destination.

Paradise Cove Boutique Hotel renaît après une rénovation prononcée, pensée depuis plus de trois ans. Jean Michel Pitot a d’abord eu une chaleureuse pensée pour tous les employés et ceux ayant fait de Paradise Cove un succès. S’adressant au nouveau ministre du Tourisme, Joe Lesjongard, il s’est félicité de cette nomination.

« M. Lesjongard, j’ai vu en vous la sincérité d’accompagner ce secteur, qui vit en perpétuel challenge. Le monde change, les gens voyagent pour des raisons nouvelles, leurs aspirations évoluent : il nous faut être de plus en plus pointus dans la connaissance de ce que désirent nos futurs clients et pour cela, comme discuté, la MTPA doit se doter d’outils pointus de market research et ainsi nourrir les opérateurs de ces informations de façon à  fish where the … right fishes are…. »

« Plus de Rs 45 millions
en Profit Sharing Scheme »

Dans le même ordre d’idées, Jean Michel Pitot insiste que le ministère du tourisme se dote de plus de pouvoirs, indiquant que le tourisme n’est pas seulement une affaire de promotion de la destination. « Vous devez devenir garant du « produit Maurice » dans son ensemble et être responsable des multiples touchpoints de nos clients ». Il évoqué ses deux principales appréhensions : la problématique de la connectivité sur le coût des billets d’avion et l’environnement face à son déclin naturel. Il mettra en exergue au passage que la MTPA ne devrait pas garder les recettes mais agir en partenariat consolidé avec le secteur privé. Par ailleurs, il a fait état de sa crainte au regard des nouvelles lois du travail votées récemment et l’acharnement des syndicalistes, dit-il, à pousser encore plus le niveau des salaires.

« Nous sommes pour l’amélioration constante des conditions de travail et vous savez bien que tous les opérateurs responsables mettent énormément d’effort pour le welfare de leurs employés et cadres. Chez Attitude, nous avons même un principe établi depuis 10 ans maintenant de partager nos profits à tous les 1600 employés. Bon an, mal an, nous partageons plus de Rs 45 millions en Profit Sharing Scheme, ce qui peut représenter jusqu’à 1.75 mois de salaire en plus. »

Intervenant le ministre du Tourisme, a parlé de la réouverture du Paradise Cove comme une valeur ajoutée à l’industrie touristique, renforçant encore l’image de l’île Maurice en tant que destination haut de gamme et de qualité. Il se dit optimiste bien que les chiffres indiquent que le secteur touristique n’a pas connu de croissance cette année. Il a mis l’accent sur la fragilité du tourisme exposé à un certain nombre de défis portant sur le coût élevé des voyages en raison de l’éloignement par rapport aux principaux marchés sources du tourisme; la concurrence intense de la part de destinations émergentes et similaires comme les Maldives, le Sri Lanka et les Seychelles; le changement du profil des voyageurs, de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ; la forte dépendance à l’égard des marchés d’origine du tourisme européen; la baisse des arrivées touristiques en provenance de Chine et d’Inde; le taux élevé de roulement du personnel ainsi que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Et ce, tout en indiquant qu’il est grand temps que les acteurs du secteur renforcent leur collaboration et unissent leurs forces pour élaborer des politiques et des stratégies appropriées afin de surmonter les défis et de transformer les adversités en opportunités. « Nous devons maintenir l’île Maurice en tant que destination touristique haut de gamme. »

Joe Lesjongard a aussi évoqué les différentes stratégies touristiques qu’a adoptées le gouvernement, et ayant permis d’éliminer la basse saison au cours des deux dernières années. « Le défi étant à ce jour de maintenir l’île Maurice en tant que destination tout au long de l’année, à travers l’organisation de grands événements sportifs et de loisirs, entre autres, qui s’adressent à de multiples segments et ciblent des niches de marché comme le golf, le rugby et le kitesurfing. » D’autre part, le ministre du tourisme évoque le déclin des arrivées de touristes de Chine et dit qu’il faut revoir la stratégie de marketing et élaborer des politiques appropriées avec les bonnes offres de produits pour conquérir une part équitable du marché chinois.

Joe Lesjongard dira aussi que le ministère du Tourisme encourage la diversification du portefeuille de produits touristiques, notamment par l’écotourisme, le tourisme culturel, le tourisme du patrimoine, le bien-être, le golf, et MICE. « Des efforts continus sont déployés pour améliorer le portefeuille de produits touristiques afin de mieux répondre à la demande du marché et d’assurer ainsi un niveau plus élevé de satisfaction des visiteurs à nos clients.» Il invite de ce pas toutes les parties prenantes concernées à collaborer étroitement afin d’assurer la durabilité à long terme du secteur touristique. Et le ministre d’assurer que plusieurs stratégies et politiques de tourisme durable sont mises en œuvre afin de consolider l’avantage concurrentiel de Maurice en tant que destination touristique attrayante.