Une délégation mixte gouvernement central/autorités provinciales/secteur privé de Chine, forte d’une douzaine de membres, est actuellement à Maurice pour des discussions approfondies avec les autorités locales sur le contenu du plan directeur du projet Jinfei à Riche Terre ainsi que d’autres investissements chinois envisagés dans le pays. « Jinfei est parti pour de bon », a déclaré le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo à l’issue d’une première rencontre avec la délégation chinoise au sir Harilall Vaghjee Hall hier en début d’après-midi.
On se souvient que, sur les 500 arpents alloués au départ au projet Jinfei, le gouvernement avait décidé de reprendre 325 arpents, laissant le reste au promoteur du projet pour être développé en deux phases (la première couvrant une superficie de 75 arpents et la seconde 100 arpents). Le gouvernement mauricien et la partie chinoise ont décidé de gérer ensemble les 325 arpents restants, et ce à travers une société dans lequel le gouvernement détiendra une part majoritaire de 80%. Cette superficie servira au développement de nouvelles infrastructures, dont la création d’un port franc moderne calqué, selon le Grand Argentier, sur le modèle de Dubaï, ainsi que de ports de pêche et d’unités de transformation de produits de la mer. Des investissements massifs estimés en dizaine de milliards de dollars sont prévus dans toute la zone de Jinfei.
Entouré de ses proches collaborateurs – dont le secrétaire financier Dev Manraj, qui mène les discussions avec la partie chinoise –, Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est réjoui de la présence de cette mission de haut niveau de la Chine pour faire progresser le dossier Jinfei. « C’est le résultat des négociations fructueuses engagées par les gouvernements des deux pays. La venue d’une telle mission montre le ferme engagement de la Chine à faire avancer les discussions autour du projet Jinfei », a déclaré le ministre des Finances. Le chef de la délégation chinoise, M. Chenlin, directeur général de la Division des investissements extérieurs et de la Coopération économique au ministère du Commerce, a indiqué qu’il y a un fort intérêt du côté chinois à promouvoir le projet Jinfei et  à intéresser des entreprises privées à s’y installer.
« Le gouvernement chinois prône le développement pour le progrès mutuel. Des zones économiques spéciales favorisant l’investissement chinois et la promotion des échanges commerciaux ont été créées dans plusieurs régions. Malgré le fait qu’il y a eu des problèmes au départ, le projet Jinfei va de l’avant. Je suis heureux de constater que le gouvernement mauricien veut aussi développer cette zone en partenariat avec la partie chinoise », a déclaré le chef de la mission de la RPC. Ce dernier a vanté le cadre de facilitation des affaires et de promotion des investissements de Maurice. « Nous pensons que si nos deux gouvernements créent les conditions appropriées, la zone Jinfei se développera très vite », a-t-il ajouté.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a annoncé la venue d’une mission de la Bank of China fin juillet pour discuter de l’implantation d’une branche chez nous. La venue de la Bank of China, a-t-il fait comprendre dans une déclaration à la presse, ouvrira la voie à des investissements privés chinois. Le ministre des Finances a réaffirmé qu’avec les nouveaux projets de développement envisagés – dont ceux concernant l’infrastructure portuaire, les “smart cities” et les cinq technopoles –, Maurice pourrait se retrouver devant une situation de plein-emploi d’ici 2017-18. « Les premières semences sont jetées », a soutenu Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui, dans la même foulée, a maintenu à 5,7% son estimation du taux de croissance économique pour 2016-17. Le Grand Argentier a par ailleurs annoncé que la cérémonie de lancement de la première technopole est prévue pour le lundi 20 juillet à Rivière-du-Rempart.