À quelques jours du rendez-vous des îles, lorsque Marie-Lourdes Allysamba passe la flamme des Jeux à la représentante de Madagascar, Maurice souhaite les meilleures chances à la Grande Île. Du 24 août au 2 septembre, les yeux de l’océan Indien sont rivés sur Antananarivo où se tiennent la plupart des compétitions dans le cadre de ces troisièmes JIOI. Le défi pour Maurice est de faire mieux qu’en 1985, mais cinq années plus tard, le pays est conscient qu’il y a eu une baisse de forme tandis que les Malgaches se sont donnés à fond dans les préparatifs.
Au Stade Mahamasina, Didier Ratsiraka, président de Madagascar, impressionne par son discours où il fait montre d’une belle éloquence. Ces Jeux sont d’une autre importance pour son pays puisqu’ils offrent une trêve à une population angoissée par un système politique qui génère de grandes frustrations. Mais le rassemblement de Tana sera l’un des plus populaires de l’histoire des JIOI. Le peuple malgache a décidé de se saisir de cette occasion pour offrir ce qu’il y a de mieux en termes d’hospitalité et de chaleur à leurs invités.