Le diabète et les maladies cardiaques sont les deux principales causes de décès à Maurice. 25 % des décès sont dus au diabète et 19 % aux pathologies du coeur. Selon le ministère de la Santé, 2 369 Mauriciens sont décédés des suites de complications du diabète en 2014. Et 1 823 Mauriciens sont décédés de complications cardiaques. 40 % des décès chez les diabétiques sont dus à des crises cardiaques et 30 % des décès découlent de thrombose (stroke) causées par le diabète. Un cas de diabète sur deux n’est pas diagnostiqué.
Le ministre de la Santé Anil Gayan met l’accent sur le dépistage afin de prévenir les complications. Jeudi dernier il a lancé une campagne de dépistage destinée aux policiers aux Casernes Centrales. La campagne du ministère durera jusqu’à février 2016. Un Mauricien sur quatre entre 23 ans et 74 ans est diabétique. 50 % des Mauriciens sont soit diabétiques, soit en train de le devenir (prédiabétiques).   
Selon le National Service Framework for Diabetes (NSFD) du ministère de la Santé 90 % des opérations cardiaques sont dues au diabète. En outre 60 % des cas d’insuffisance rénale nécessitant des dialyses sont des conséquences du diabète. Un millier de patients font des dialyses chaque année. 50 % des diabétiques souffrent d’hypertension. Selon le ministère de la Santé 3 055 opérations cardiaques sur un total de 6 314 sont dues au diabète. 320 des amputations des membres inférieurs (pieds, jambes) sur 344  sont les conséquences des complications du diabète. Chaque semaine 175 patients subissent des interventions ophtalmologiques. Le diabète entraîne en effet de multiples complications au niveau des artères  conduisant à l’insuffisance rénale (neuropathie diabétique), la rétinopathie diabétique (affectant la rétine) pouvant causer la cécité, l’atteinte des nerfs périphériques (aux pieds) à l’origine  d’infections sévères provoquant des  amputations. 19 385 patients diabétiques ont consulté pour la première fois un médecin dans les hôpitaux publics selon des chiffres du ministère de la Santé publiés en 2015. Le vieillissement de la population, le manque d’exercices, les mauvaises habitudes alimentaires (trop de sucres, trop de graisses, trop de sel), l’obésité favorisent l’apparition du diabète. Le tabagisme et l’excès de boissons alcoolisées constituent des facteurs aggravants.
Un facteur génétique n’est pas à écarter selon une étude  du Baker Institute of Heart and Diabetes Institute d’Australie qui a effectué une étude à Maurice sur les maladies non transmissibles. Selon cet institut Maurice constitue un creuset pour les recherches médicales internationales de par la composition multiethnique de sa population. 129 618 patients diabétiques de type 2 et 538 de type 1 sont inscrits sur les registres du ministère de la Santé. Les adolescents mauriciens ne sont pas épargnés. 0,9 % des collégiens sont en train de devenir diabétiques et 0,07 % le sont déjà.
Selon les estimations il y a 300 000 diabétiques à Maurice. Le diabète est la cause de 3,3 % des hospitalisations dans les établissements de santé publique. 5 577 patients diabétiques ont été admis dans les hôpitaux en 2014.  Le traitement du diabète est à la fois médicamenteux et non médicamenteux. Il est recommandé aux patients de modifier leur mode de vie, notamment leur alimentation, de faire des exercices physiques, de contrôler leur poids, de consommer l’alcool avec modération et de cesser de fumer. Par ailleurs 80 % des diabétiques dans le monde vivent dans des pays à bas et moyen revenus.