La nécessité de se mobiliser pour assurer des conditions de vie et de travail justes aux étrangers exerçant à Maurice a été le thème central de la messe annuelle organisée mardi dans le cadre de la Journée mondial de la paix. Cette cérémonie religieuse a été célébrée par l’évêque de Port-Louis Mgr Maurice Piat en l’église Notre Dame de l’Assomption, Roche-Bois.
Le choix de l’église paroissiale de Roche-Bois pour la tenue de cette messe annuelle, a indiqué Mgr Maurice Piat, se justifie par le fait que « ce grand quartier de la sortie nord de Port-Louis a été marqué en novembre dernier par des émeutes qui ont failli dégénérer à la suite de la détérioration des rapports sociaux entre la population locale et des travailleurs étrangers ». « Ces événements nous ont alertés sur les conditions d’accueil et de travail des 40 000 travailleurs étrangers qui contribuent à la croissance de l’économie de Maurice », a souligné l’évêque de Port-Louis. Et d’ajouter : « C’est pour cette raison qu’avec la Commission Justice et Paix, j’ai voulu venir prier avec vous, les habitants de Roche-Bois, qui êtes directement concernés par le défi de l’accueil des étrangers. »
Le chef religieux a invité toute la population à apporter une attention spéciale à l’importance de l’accueil des étrangers dans le pays. L’évêque de Port-Louis a aussi rappelé que la Commission internationale catholique pour les migrations, en tant que partenaire de l’Organisation des Nations unies, et Caritas Internationalis ont participé de manière active à l’organisation et à l’animation du forum international sur les migrations et le développement organisé au centre Swami Vivekananda à Pailles les 19 et 20 novembre dernier. C’est la première fois en six ans que cette rencontre annuelle a lieu dans un pays africain.
De son côté, Patricia Adèle Félicité de Caritas Maurice a fait un compte rendu de la participation de Caritas Internationalis au Forum international sur les migrations et le développement. Elle a rappelé les trois points soutenus par l’organisation : la nécessité de valoriser la participation des migrants dans les pays d’accueil ; l’importance de promouvoir et protéger leurs droits d’autant plus que, comme l’a insisté le pape Benoît XVI, ce sont des êtres humains ; et il faut leur permettre de contribuer au développement des pays d’accueil en prenant en considération leurs compétences intellectuelles et professionnelles.
Les sociétés civiles, a insisté Patricia Adèle Félicité, doivent veiller à ce que les autorités, les gouvernements et les entreprises respectent et mettent en pratique les lois concernant la protection des migrants. Elle a souligné la nécessité de protéger les travailleurs rodriguais qui choisissent de travailler à Maurice et qui apportent leur contribution au développement du pays. Elle a aussi mis l’accent sur l’importance de lutter contre l’exploitation des travailleurs étrangers qui se retrouvent en situation de vulnérabilité.
Pour sa part, le père Lodoïska, curé de la paroisse de Notre Dame de l’Assomption, a évoqué le caractère arc-en-ciel de la population mauricienne en termes de sa composition, ses cultures, ses langues et ses religions. À cela s’ajoutent les milliers d’étrangers qui viennent travailler à Maurice et dont nous avons besoin pour faire avancer le développement du pays. « Il faut cependant reconnaître que dans le pays tout n’est pas toujours rose », a-t-il dit.
Le père Lodoïska a observé que les événements qui se sont déroulés à Roche-Bois ont suscité une réflexion sur « le vivre ensemble entre les Mauriciens et les étrangers qui n’est ni facile ni simple ». Il a dénoncé « le démon qu’est le communalisme, origine de beaucoup de difficultés ». « Si tou ti korek dan pay pa ti pou bisin enn system ki apel best losers kot chak bann bisin gagn zot kota dan parleman. » Il a également insisté sur l’importance d’accueillir les étrangers et a rappelé que toutes les composantes de la population mauricienne viennent de plusieurs continents.
Le père Maurice Labour a quant à lui annoncé que la Journée internationale de la migration et des réfugiés sera célébrée par un « bring and share » au Thabor le 13 janvier. Des travailleurs étrangers participeront d’ailleurs à cet événement.
La messe à Roche-Bois a par ailleurs été marquée par deux témoignages émouvants. Un couple a ainsi fait état de son expérience dans l’accueil de travailleurs étrangers, dont des chinois, chez eux. Une Rodriguaise a quant à elle parlé de son vécu à Maurice et du soutien obtenu à Roche-Bois.