Aussi paradoxal que celui puisse paraître, ce sera la première fois que Joseph Mounawah sera présent à une édition des Jeux Olympiques.
L’actuel directeur technique de la Fédération mauricienne de judo a certes agi comme dirigeant lors de plusieurs manifestations d’envergure telles que les championnats du monde, les championnats du Commonwealth, les Jeux de la Francophonie et les diverses échéances africaines, mais Londres sera sa toute première destination olympique.
À 61 ans et après 45 ans dans le giron du judo, Joseph Mounawah affiche la sérénité. « J’effectuerai le déplacement avec beaucoup de joie et je ressens une satisfaction personnelle. Preuve que j’ai toujours oeuvré pour cette discipline sans chercher des intérêts personnels. D’ailleurs, je n’ai jamais envié ceux qui avaient agi comme dirigeants ou accompagnateurs lors des précédents Jeux Olympiques. »
Pour cette présente édition, celui qui a été le premier judoka médaillé d’or aux Jeux des îles sera le mentor de Christiane Legentil. Cette judokate qui évoluera dans la catégorie -52 kg effectuera un camp d’entraînement en France du 10 au 21 juillet avant de se rendre à Londres. Elle connaîtra le nom de ses adversaires à l’issue du tirage au sort prévu le 26 courant et devrait être en action trois jours plus tard dans une catégorie qui comprend 18 combattantes.
Joseph Mounawah demeure conscient que la tâche de sa protégée ne s’annonce guère de tout repos. « Ce sera à coup sûr très relevé. Certes, Christiane a bénéficié d’une invitation. Nous aurions préféré une qualification, mais nous prenons cette invitation de bon coeur. »
Pour rappel, la meilleure prestation des judokas mauriciens lors d’une édition des Jeux Olympiques remonte à 2000 à Sydney. Jean-Claude Raphaël, alors accompagné du Japonais Akira Kai, avait passé deux tours avant de terminer à une honorable neuvième place.
La première participation remonte à 1996 à Atlanta et les représentants mauriciens étaient alors Priscilla Chery, Marie-Michèle St. Louis, Jean-Claude Raphaël et Antonio Félicité.