La Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) a voulu innover, cette année avec l’organisation de deux compétitions inédites : un championnat national dédié uniquement aux filles en novembre, et un autre réservé qu’au tout petit, soit les 7-13 ans, prévu pour le 26 août. Cette dernière compétition sera organisée par le comité régional de Curepipe et se déroulera au gymnase James Burty David, à Trou aux Cerfs. Une grande première qui se veut valorisante, et ce, afin que bon nombre se décident à faire ensuite carrière en kick-boxing. Selon les premières indications, une trentaine de jeunes devrait participer à ce championnat national.
Si les « bambins », comme se plait à les présenter l’entraîneur national Judex Jeannot, ont toujours été appelés à boxer en lever de rideau des championnats nationaux juniors ou seniors, en revanche, cette année, les choses vont changer. En effet, la FMKBDA a pris la décision d’organiser un championnat national rien que pour les tout petits âgés de 7 à 13 ans. « C’est une grande première, non seulement pour ces bambins, mais aussi pour leurs parents », a fait remarquer Judex Jeannot. « Les parents, qui sont pour beaucoup dans la réussite de leurs enfants, seront doublement motivés avec l’organisation de ce tournoi. Au sein de la fédération et de l’encadrement technique, nous estimons que le fait de consacrer une compétition uniquement à ces jeunes fera énormément de bien à la discipline. Ces bambins seront à l’avant plan et donc, les seuls acteurs du jour. »
Organisation de qualité exigée
Selon lui, le fait d’avoir une compétition rien qu’à eux motivera davantage les tout petits. « Ce sera une très belle expérience à vivre pour ces jeunes. Ils vont se surpasser comme toujours et, pour nous, ce sera comme toujours un plaisir de les voir en action », a-t-il expliqué. L’entraîneur national a ajouté que l’organisation de la compétition devra aussi être faite de façon à valoriser davantage ces jeunes. Il a d’ailleurs eu une rencontre avec l’entraîneur responsable de la région curepipienne, Clifford Hossenee, lors de la semaine écoulée, pour veiller à ce que rien ne soit laissé au hasard.
D’autre part, Judex Jeannot a précisé que la fédération et l’encadrement technique national avaient rencontré les responsables de clubs et de régions, en début d’année, afin d’exiger justement que l’organisation des compétitions soit de bonne qualité. « Le championnat national juniors de février dernier à Beau-Bassin, aussi bien que les compétitions organisées à Olivia et Quatre Soeurs, ont été très bien organisés. Ce qui n’était pas le cas dans le passé. Je tiens à préciser que ce n’était la faute à personne, car, dans le passé, on pensait qu’avoir un ring était suffisant pour la tenue d’une compétition », a-t-il indiqué.
Or, il y a plusieurs aspects à prendre en considération afin de permettre aux participants de voir qu’ils sont vraiment considérés à leur juste valeur. À titre d’exemple, il est très important, a-t-il souligné, que les tireurs évoluent dans un cadre approprié où toutes les mesures de sécurité sont prises. « Il est aussi important que le lieu choisi réponde aux exigences pour la tenue d’une compétition de haut niveau. »
12 à 15 combats au programme
Tout comme lors du dernier championnat national des débutants, Judex Jeannot a fait remarquer que les trophées qui seront décernés aux « bambins » seront les mêmes que ceux remis aux boxeurs lors des championnats nationaux élite. « Nous voulons que ces jeunes se sentent valorisés au maximum. Il faut qu’ils se sentent considérer et ce sont justement cela qu’on recherche », a-t-il fait ressortir. Car pour lui, il est très important de motiver ces jeunes, mais aussi de les encourager, avec l’espoir qu’ils seront ensuite nombreux à poursuivre l’aventure dans cette discipline.
Certes, l’objectif selon Judex Jeannot sera aussi de découvrir de nouveaux talents, mais ce qui importe le plus, c’est qu’un maximum reste dans le circuit. « À cet âge, les jeunes ne sont pas vraiment décidés et c’est à nous de les motiver à rester proche du kick-boxing. Le seul hic est de les voir durer, car, dans le passé, nous avons constaté que les bambins faisaient très souvent le va-et-vient. Il nous faudra donc, à travers ce championnat, mettre de nouvelles structures nécessaires qui les permettront de rester le plus longtemps possible en contact avec la discipline », a-t-il souligné.
L’entraîneur national dit s’attendre à recevoir une trentaine de jeunes au cours de cette compétition. « Nous devrons avoir entre 12 à 15 combats. Dans une préliste d’ailleurs, le club d’Olivia nous a fait part de la participation de huit boxeurs. Ce qui est très encourageant quand on pense qu’il y aura encore d’autres clubs, y compris ceux de Rodrigues », a-t-il indiqué. Judex Jeannot a aussi rappelé que la compétition devait se tenir hier dans le cadre d’une série d’activités à Curepipe. Toutefois, a-t-il précisé, l’heure tardive proposée à la fédération ne convenait pas. « Ce sont des jeunes de 7 à 13 ans et on ne pouvait quand même pas les garder en compétition jusqu’à 22h, voir 23h. Pour le 26 courant, on devrait débuter vers les 14h pour terminer au plus tard à 19h. Ce qui est beaucoup plus convenable pour les enfants et les parents aussi », a-t-il déclaré.