La délégation mauricienne de kick-boxing reviendra bredouille de la Coupe de l’océan Indien qui s’est tenue samedi dernier devant l’hôtel de ville d’Analamanga à Madagascar. Les cinq tireurs engagés se sont tous inclinés face à des adversaires malgaches et réunionnais. Cette compétition interîles a été au bout du compte dominée par les représentants de la Grande île.
Kenny Dinally n’a pu contrecarrer les intentions du Malgache Lavakeky (15 ans), champion du monde juniors en exercice et sacré meilleur combattant jeune du tournoi, Cédric Changou s’est révélé fort moyen face à un autre tireur de la Grande île, à savoir Johny, tandis que Jorano Philippe s’est incliné face à Tsiaorintsoa.
La meilleur chance mauricienne, à savoir William Bouton, a courbé l’échine face au Malgache Rokaya Moussa. Quant à Brian Zameer, qui croisait le fer avec un adversaire réunionnais, soit Sébastien Revel, il n’a pu sauver l’honneur. Voilà une des très rares fois où le kick-boxing mauricien fait chou blanc au cours d’une sortie internationale.
Certes, la concurrence était rude pour les représentants quadricolores, dont certains étaient à leur baptême du feu dans une compétition internationale. « Nous avons pris des risques en alignant une équipe jeune. Nos deux meilleures chances résidaient en Changou et Bouton, mais ils n’ont pas été à la hauteur. Il nous était donc difficile de rivaliser avec des tireurs ayant déjà fait leurs preuves au niveau international ou qui se situaient en classe A », fait ressortir l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Reste que ces tireurs ne pourront que progresser avec de tels frottements. En attendant, la préparation s’accentuera en vue de la Coupe du Monde prévue en Hongrie le mois prochain. Les tireurs mauriciens seront en quête de réhabilitation pour cette deuxième sortie de la saison.
Les Réunionnais ont également eu des problèmes à contrecarrer les assauts des Malgaches, à l’image de Kevan Sala, Vincent Naxos et Yaon Mounibou qui se sont inclinés avant la limite face à Séverin et Patrice Rakotondratsimba, dit Rasta, et Lebouta respectivement. Par contre, les trois combattantes malgaches se sont toutes inclinées.
La mauvaise nouvelle est venue de Madagascar à l’issue de cette compétition. Submergé par l’émotion suite à la victoire de Rolaya Moussa, son père a été victime d’une alerte cardiaque et s’est éteint dimanche matin.