La troisième édition des championnats d’Afrique de kick-boxing à Madagascar ne concernera-t-elle que les représentants de six pays ?
À ce matin, soit à quelques heures de la cérémonie d’ouverture prévue à 15h (heure de Maurice) au Palais des Sports de Mahamashima à Tananarive, rien que les tireurs de la Tunisie, du Maroc, du Gabon, de l’Afrique du Sud, de Maurice et de Madagascar étaient sur place. Ces tireurs et leurs dirigeants logent dans un hôtel situé non loin de l’aéroport d’Ivato.
Toutefois, le comité organisateur s’attendait à l’arrivée des Camerounais, des Nigérians et des Zimbabwéens en cours de matinée. Reste que les tireurs présents étaient toujours dans l’attente du programme officiel et du tirage au sort à ce matin.
« L’arrivée tardive de ces délégations est venue bouleverser le programme initialement établi. Nous sommes donc toujours en attente et cela perturbe quelque peu les tireurs », fait ressortir l’entraîneur national, Judex Jeannot. Cependant, ce dernier se dit satisfait des conditions de logement de la délégation et également du fait que les sept tireurs mauriciens n’ont eu aucun problème au moment de la pesée hier.
Même si le programme n’est pas encore officialisé, il n’en demeure pas moins qu’il existe de fortes possibilités que la plupart des représentants mauriciens devraient accéder directement en demi-finales, une échéance prévue demain après-midi. Et ce, du fait que la plupart des tireurs étrangers ont opté pour le style light-kick ou full-contact.
Quant aux Mauriciens, ils évolueront en low-kick. Seul, Fanfan Nagamah sera engagé en full-contact. « À mon avis, l’Afrique n’est pas encore prête pour organiser cette compétition avec autant de styles. Un seul style aurait été plus approprié, surtout avec un nombre limité de pays présents », fait ressortir Judex Jeannot.
Il est à noter par ailleurs que le séminaire pour juges-arbitres s’est déroulé hier alors que la réunion de la Confédération africaine a été reportée à une date ultérieure.