La saison II de l’écroulement de l’empire Dawood Rawat, avec le Foreign Asset Tracing Exercise confié aux spécialistes de Kroll Associates, sera entamée formellement à la mi-juin. Presque en même temps, devront démarrer les auditions de la commission d’enquête, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Bushan Domah, sur la vente des avoirs de BAI, soit 23% des actions au sein de BRITAM (Kenya). Dans les deux cas, des développements sont à surveiller à n’importe quel moment même si en ce qui concerne l’un des assesseurs de la Commission Domah, le Chief Executive Officer de Grant Thornton, Sattar Hajee Abdoula, la pression ne fait que s’accentuer pour réclamer son désistement de cette instance en vue de garder l’intégrité de l’exercice. Le dernier élément  susceptible de porter préjudice à la commission d’enquête se résume à un enregistrement d’un échange entre Sattar Hajee Abdoula, Dawood Ajum Rawat et Swadeck Muhammad Taher, d’une durée de 4 heures 22 minutes et 29 secondes le 20 avril 2015 avec pour objectif d’élaborer un « deal » pour « enterrer le scandale financier de BAI » (voir un survol de cette conversation plus loin).