Jiawed Ruhumatally (37 ans), poursuivi pour le meurtre de Gérald Lagesse avec Steeve Monvoisin (39 ans) et Laval Sambacaille (52 ans), a comparu hier devant le juge Prithiviraj Fekna. La cour avait demandé l’ouverture d’une enquête pour vérifier la teneur des propos de J. Ruhumatally. Ce dernier avait fait de graves allégations mardi contre un surintendant de la prison de haute sécurité de La Bastille, où il est détenu.
« Si ariv mwa kitsoz, se ladministrasyon prizon… Mo pena okenn intensyon pou suiside », avait déclaré Jiawed Ruhumatally, avant de parler de « maltraitance » en prison. Représenté par Me Assad Peeroo, le prévenu a invité le juge à visiter la prison de La Bastille pour constater de visu les conditions de détention. Plusieurs requêtes ont été faites en ce sens selon lui, mais, affirme-t-il, le Commissaire des Prisons « n’a rien fait pour changer les choses ».
Le sergent Lafine du Central criminal investigation department (CCID) a expliqué que l’enquête a déjà été ouverte sous l’instruction du Commissaire de Police (CP). Selon deux haut gradés du centre de détention, le Commissaire des Prisons a initié une enquête interne en vue de faire la lumière sur cette affaire. Ils ont également tenu à rassurer la cour, affirmant que le prévenu fait l’objet d’une surveillance accrue, notamment par le biais de caméras.
C’est aux petites heures du matin du vendredi 11 février 2005 que l’ancien Customer Care Supervisor de la Mauritius Commercial Bank (MCB) aurait été tué. Son corps sans vie avait été retrouvé par un planton dans la salle des coffres du quartier général de la banque, Rue sir William Newton, à Port-Louis. Selon l’acte d’accusation, les prévenus auraient éliminé Gérald Lagesse lors du braquage du « Main Vault » de la MCB, emportant quelque Rs 51,8 millions. Leur victime avait été ligotée et bâillonnée, après que des morceaux de papiers ont été mis dans sa bouche. Le rapport d’autopsie de la victime devait révéler une mort par asphyxie.
Les recherches devaient finalement mener les enquêteurs à une somme de Rs 3 millions, dissimulée sous un pont à Ébène. Mais la majeure partie du butin reste introuvable jusqu’à aujourd’hui. L’enquête a été menée par la Major Crimes Investigation Team et la poursuite, elle, par le Principal State Counsel Me Rajkumar Baungally. Steeve Monvoisin et Laval Sambacaille devront trouver un avocat pour leur défense. Les trois accusés auront à se présenter de nouveau devant le juge le 15 juin.