Christine N.Umutoni procède à la mise en terre d’une plante endémique

Le thème adopté pour la Journée des Nations Unies cette année est “Verdir le bleu”, ou “Greening the Blue”, qui met l’accent sur la protection de la planète. Dans ce contexte, l’UNDP et la United Nations Resident Coordinator’s Office a procédé lundi à une mise en terre de plantes endémiques, et ce dans le cadre de la reforestation de La Citadelle.

C’était en présence de Mahen Seeruttun, ministre de l’Agro-industrie, de la Foundation Ressources Of Nature et de Christine N.Umutoni, UN Resident Coordinator. « C’est un sujet très pertinent pour Maurice car il met l’accent sur la nécessité pour chacun d’entre nous de s’engager activement et de manière significative dans la création d’un environnement durable et d’assurer l’utilisation responsable de nos ressources. C’est un appel à tous à respecter notre planète et à vivre dans la dignité, en ayant une bonne santé et une bonne qualité de vie », laisse entendre Christine N.Umutoni, UN Resident Coordinator. Elle trouve que le fait de planter des arbres « permet de soutenir les programmes nationaux de l’île Maurice sur la durabilité environnementale ».

Par ailleurs, la création d’un espace vert indigène à La Citadelle de Port-Louis s’inscrit dans le cadre du programme national de protection de l’environnement du pays. Lancé en 2010, il s’agit d’un projet pilote financé par le Programme de petites subventions pour la protection de l’environnement mondial (PMF du FEM). Christine N.Umutoni rappelle que l’Onu, à Maurice, entretient un partenariat de confiance de longue date avec les parties prenantes nationales, du gouvernement au secteur privé, les universités et la société civile.

« L’Onu est considérée comme un partenaire de confiance en raison de son aptitude à fournir et à soutenir les efforts de renforcement des capacités, à promouvoir le dialogue politique et le plaidoyer, à partager les meilleures pratiques et à identifier les leçons apprises, à soutenir la recherche et l’analyse des données dans divers domaines thématiques en fonction des compétences fondamentales de chaque institution », conclut-elle.