Si ces produits ne sont plus vendables car leur date d’expiration est déjà dépassée, des sources internes aux boutiques hors-taxes soutiennent qu’à l’origine, ces produits arrivent dans le stock avec des dates d’expiration à courte échéance. Selon eux, cette pratique qu’ils attribuent à Dufree, la société mère, constitue une sorte de «dumping».  En dépit des promotions, ces produits, éventuellemnt invendus ailleurs, ne peuvent pas être écoulés chez nous. Les employés s’interrogent  sur le rôle du CEO de la MDFPS, Simo Carveric, qui est un employé de Dufree, et se demandent s’il n’y a pas de conflit d’intérêts dans les achats de la MDFPS.
Depuis quelques jours, la direction de la MDFPS a donné les instructions pour qu’en début de cette semaine, environ 800 Lorenz Curly Peanuts Classic 150g/175g, 280 A.Berg Sweet Moments Caramel (410g), 40 Toblerone Gold 6 x 100 g, 90 Toblerone White 6 X 100 g, 110 Lorenz Saltletts Farm 125g, 740 Black Ribbon Ballotin 250 g, 240 Nestlé Swiss Napolitains, entre autres –  soit plus de 3000 produits de consommation – soient détruits. Ces produits, expliquent les employés, ont récemment été mis en promotion dans les boutiques, mais n’ont pas trouvé preneurs. «Ce n’est pas le premier exercice de destruction», disent les employés, indiquant qu’au moins deux fois par an,  ces types de produits qui arrivent toujours avec des dates d’expiration à courte échéance sont détruits.
Par ailleurs, les employés déplorent leurs conditions de travail. Ce qui les offusque davantage, c’est le faible quantum de 8 % de compensation salariale, contre 24% proposé par le syndicat,  recommandé dans le rapport Alentaris, dont ils ont récemment pris connaissance. Pointant du doigt les exemples de gaspillage de la MDFPS, les employés de la compagnie dénoncent la frustration grandissante du personnel l’existence, selon eux, d’une politique de deux poids deux mesures que la direction appliquerait en faveur de certains employés.
Dénonçant cette pratique, les employés de la MDFPS montent au créneau et parlent de véritable gaspillage dans les boutiques hors-taxes. Une situation qui ravivent les tensions existantes au sein de la MDFPS depuis quelques jours, après que les employés et le syndicat ont pris connaissance du montant de la compensation salariale de 8%. «Comment se fait-il que la direction se permette d’acheter des produits qui devront être détruits, perdant ainsi plus de Rs 800,000 d’un coup, et ne peut nous accorder une compensation salariale décente?» demandent-ils. Leur colère est encore plus grande face à ce qu’ils considèrent comme un gaspillage flagrant, soit, les récompenses d’environ Rs 500, 000 accordées mensuellement à un même petit groupe d’employés, en fonction du nouveau système de “meilleures ventes” mis en place.  “Qui plus est”, disent-ils, “chaque mois, c’est à travers une cérémonie et différentes activités, organisées dans des hôtels luxueux, que ce petit groupe d’employés reçoit sa récompense”. “Des millions qui vont en fumée également”, s’insurgent les employés de la MDFPS.
Ils s’offusquent également que selon les recommandations du rapport Alentaris, plus d’une vingtaine de personnes qui sont proches du Human Ressources Manager et autres membres de la direction devraient bénéficier de la “car allowance”. Une situation injuste, font ressortir les employés des boutiques hors taxes, soulignant que ces personnes privilégiées ne disposent que de 5 à 6 ans de service dans la compagnie, et qui officient seulement pendant des office hours, alors que ceux qui ont 20 ans ou plus de service ne perçoivent pas cette allocation. “Ceux qui ont plus de 20 ans de service n’ont aucun work prospects”, disent-ils en  exprimant leur frustration grandissante.