Baobab Lakaz répond à une demande précise du marché, exprimée à la fois par les entrepreneurs en bâtiment, les architectes et artisans, les maçons et utilisateurs domestiques.
Le nouveau ciment est disponible en logements de 25 et 50 kilos. Son emploi est indiqué dans des travaux de construction de nature non structurale; idéal pour les cloisons, les éléments de façade et les plafonds. L’usage s’étend à la pose de briques, au plâtrage des surfaces murales, au revêtement de sol ainsi qu’à la pose de briques et de carrelages.
“Ce premier produit découle d’une stratégie d’extension de gamme qui, pour nous, est une réponse pertinente aux défis qui guettent le secteur de la construction à Maurice”, dit, lors de son allocution, Anne-Brigitte Spitzbarth, Managing Director de Lafarge Mauritius.
Ajoutant: “Nous avons l’avantage de faire partie d’un groupe français à dimension internationale et de bénéficier largement de son savoir-faire, et cet avantage, nous l’utilisons au profit des Mauriciens et pour être un acteur qui contribue positivement à la vie économique du pays. Nous croyons en ce que le pays nous apporte et en ce que nous lui apportions.”
La nouvelle unité de production est dotée d’une technologie de pointe, unique à Maurice. Le laboratoire, faisant figure de référence dans l’océan Indien, permettra de garantir une qualité irréprochable et le respect des normes. Son système innovant et la précision de ses dosages permettront de contrôler à la perfection la qualité et l’homogénéité du mélange.
Lafarge Mauritius se félicite que Maurice puisse enfin, après plus d’un demi-siècle, s’aligner sur d’autres pays développés et émergents où chaque type de ciment est utilisé en fonction d’un project ou d’une application spécifique.