Malgré la menace de pluie torrentielle qui pesait sur toute l’île hier, les catholiques se sont rendus massivement à la messe de clôture de l’Année de la Foi qui a eu lieu au Monument Marie Reine de la Paix. Au cours de cette célébration à laquelle participaient tous les prêtres du clergé mauricien, l’évêque de Port-Louis a lancé le projet Kleopas. Dans son homélie au ton très paternel, Mgr Piat a fait un appel spécial aux jeunes de ne pas se laisser tenter par les « marchands vendant des plaisirs faciles ». Des brochures expliquant dans un langage facile (en langues kreol morisien et français) les objectifs de Kleopas et ses différentes étapes ont été distribuées à la fin de la messe. La distribution se poursuivra dans toutes les paroisses et autres lieux d’actions de l’Église.
À souligner que la clôture de l’Année de la Foi, qui a concerné hier les Catholiques du monde entier, a coïncidé avec la fin du calendrier liturgique 2013. À Maurice, le diocèse de Port-Louis a ouvert par la même occasion hier une autre porte, celle de Kleopas.
La liturgie de cette messe solennelle présidée par Mgr Piat était d’une part bien ancrée dans le contexte mauricien et de l’autre, a fait une large place à certains objets chargés de symbolisme pour les Catholiques. Dans ce registre, il y avait une barque (Jésus et ses disciples sont souvent dans une barque et qui rappelle aussi le métier des pêcheurs qui est celui des apôtres) ; une plante en floraison présentée par un couple (symbolisant la foi qui a grandi à partir d’une graine de moutarde) ; une autre plante desséchée que des enfants ont arrosée ; les vêtements de couleurs rouge et blanc portés par l’assistance (couleur du baptême et de la Pentecôte ; l’eau rappelant celle du baptême ; la porte (la porte de l’Année de la Foi ouverte l’an dernier et par laquelle Mgr Piat et les autres prêtres sont entrés l’an dernier et par laquelle ils sont sortis hier).
Le sermon de Mgr Piat, très attendu par les Catholiques, avait un ton très pastoral et comprenait deux volets : le premier axé sur le thème de la « Royauté de Jésus », car l’Église célébrait hier la Fête du Christ Roi, et l’autre, sur le projet Kleopas dans lequel s’est embarqué depuis hier l’ensemble des Catholiques pour les trois prochaines années.
L’Évangile, que les Catholiques nomment la “Bonne Nouvelle”, se trouve au coeur de ce projet de Kleopas. Hier, l’évêque de Port-Louis a qualifié cette « Bonne Nouvelle » de « enn gran trezor » qui selon lui mérite d’être partagé en ajoutant que c’en est un des buts visés par Kleopas. « Levanzil se enn gran trezor pou nou fami, se enn gran trezor pou nou bann lekol, se enn gran trezor pou lasosiete. » L’évêque de Port-Louis est convaincu que la présence de l’Évangile « peut nourrir le combat pour la justice et celui contre la pauvreté ».
L’évêque de Port-Louis a évoqué trois lieux où l’Évangile doit trouver sa place entièrement, notamment la paroisse, la famille et l’école. « Nous devons faire en sorte que l’Évangile rentre dans nos écoles afin qu’il y ait beaucoup plus d’écoute, de compréhension et dans un souci que l’école soit adaptée aux besoins des enfants », a soutenu Mgr Piat.
Par ailleurs, on relève ce cri d’appel de l’évêque de Port-Louis en direction des jeunes Mauriciens. « Mo lans enn lapel ispesial bann zen : Levanzil enn trezor pou zot ousi. Mo kone ki ena boukou marsan ki pe vann zot bann plezir fasil e zot kone zot mem ki sa bann plezir-la li etourdi zot. Zot kapav siport enn etourdisman pou enn ti moman me pa pou lontan. » S’il y a des jeunes, a-t-il poursuivi, qui résistent à la tentation de ces plaisirs faciles, d’autres, en revanche, y sont embrigadés et veulent s’en sortir et lancent un appel de détresse. « Ena boukou zen ki pe kriye ousi “Zezi pa bliye moi kan to rant dan to paradi”. Pa ezite gagn per bann zen, pa ezite pou vini pou dekouver trezor bondie », a-t-il lancé aux jeunes à qui il invite à découvrir « l’amour, la patience le pardon de Jésus ».
L’évêque de Port-Louis a expliqué les trois étapes du projet Kleopas en insistant sur la première qui concerne un exercice « d’écoute et de partage » et auquel il a invité hier les Catholiques à participer sans hésitation et pleinement. « Sakenn pou kapav rakont so zistwar ; zistwar so lafwa e seki li pe viv dan so lavi de toulezour e sakenn pou kapav ekout zistwar so kamarad dan enn manyer fraternel. Kapav gayn boukou dan sa lekout-la », a-t-il dit avec confiance et conviction.
Mgr Piat n’a pas manqué d’avoir une pensée pour les Mauriciens qui passent par des épreuves et c’est ainsi qu’il a fait allusion aux sans-abris, aux malades, aux drogués, aux prisonniers, aux prostituées, à ceux qui vivent dans la pauvreté. L’évêque de Port-Louis a invité les Catholiques dans un geste fraternel à sortir de leur « enclos » pour aller vers ces « les brebis égarés » et qui attendent une oreille attentive afin de partager leurs souffrances.