L’interrogatoire de l’homme d’affaires Alvaro Sobrinho se poursuivra cette semaine, mais on ne sait pour combien de jours encore. C’est ce qu’a déclaré le directeur de l’ICAC aux questions de la presse à l’hôtel Holiday Inn ce matin. Navin Beekarry a avancé que l’arrivée de l’Angolais n’était pas prévue mais que les instructions avaient déjà été données au Passport and Immigration Office pour avertir l’ICAC quand ce dernier foule le sol mauricien. Pour s’assurer que l’homme d’affaires ne lui file pas entre les doigts, l’ICAC a logé une Objection to Departure contre lui. Navin Beekarry a indiqué que pour l’heure, l’interrogatoire d’Alvaro Sobrinho se déroule bien sauf qu’il ne parle pas toujours l’anglais.

Le directeur de l’ICAC a ajouté qu’il faut aussi prendre en considération qu’une enquête prend parfois beaucoup de temps, parfois des années. «Se pa koumadir pe kwi gato pima», a-t-il ajouté. Et de préciser que parfois-même les enquêtes tombent à l’eau faute de preuves.

D’autre part, le directeur de l’ICAC a répondu aux critiques de l’opposition concernant sa nomination à la tête de la Task Force instituée contre la drogue. Il a confirmé ne pas avoir encore été officiellement nommé, sans vouloir en dire plus sur le fait que le Premier ministre l’a au moins contacté à ce sujet. Navin Beekarry a ainsi laissé entendre : « J’attends une communication officielle du Premier ministre à ce sujet. » Il a ajouté que la police et l’ICAC ont toutefois déjà commencé leur travail suivant le rapport Lam Shang Leen. « Chacun a déjà identifié ce qui concerne son institution.

Il y a une enquête déjà en cours et qui a un lien avec la commission », a-t-il dit. En ce qui concerne les critiques de l’opposition, il a précisé qu’en tant que président du Task Force il « ne donnera aucune directive » au commissaire de police ni à personne. « La Task Force est un comité de coordination. L’opposition peut émettre des critiques, je n’en fais aucun cas. Chacun son travail. Il n’y a aucun fondement dans ce que dit l’opposition », souligne-t-il.

Et d’ajouter qu’il existe déjà un Inter Agency Working Group, incluant également la police mais que jusqu’ici personne n’avait trouvé à en redire. Il avance que ce qu’on ne dit pas en revanche c’est que l’ICAC a procédé à la saisie de Rs 100 millions de biens découlant du trafic de drogue. Quant au fait qu’il soit un nominé politique, il a déclaré qu’il n’y a rien de mal à être nommé par le Premier ministre et que cela se faisait aussi ailleurs. « Je suis rentré des Etats-Unis il y a deux ans avec un mandat. Je vais faire mon travail comme il se doit. »