Trente-neuf ans après la dernière visite d’un souverain pontife, le pape François est arrivé samedi matin en Irlande afin de clôturer la Rencontre mondiale des familles, mais il sera surtout attendu sur le dossier sans fin des abus du clergé.

L’avion papal a atterri à 09H26 GMT à Dublin. A son arrivée, le souverain pontife a été notamment accueilli par le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney.

Son 24e voyage à l’étranger intervient à un moment particulièrement périlleux pour l’avenir même de l’Eglise catholique, ébranlée la semaine dernière par de sordides révélations d’abus sexuels anciens perpétrés aux Etats-Unis et marquée récemment par une série inédite de démissions de prélats soupçonnés d’omerta au Chili, en Australie et aux Etats-Unis.

Au cours de sa visite de deux jours, le pape souhaite « rappeler la place essentielle de la famille dans la vie de la société et dans l’édification d’un avenir meilleur pour les jeunes », a-t-il expliqué dans un message vidéo diffusé avant sa venue.

Le pape François présidera samedi le Festival des familles, au stade Croke Park de Dublin, où sont attendues plus de 80.000 personnes, et célèbrera dimanche la messe de clôture de l’évènement au parc Phoenix de Dublin. Un demi-million de fidèles devraient y participer.

Ses six discours prévus seront scrutés de près sur le thème sensible des abus perpétrés par l’Eglise irlandaise et il rencontrera discrètement des victimes d’abus sexuels samedi ou dimanche.

L’énorme scandale de pédophilie dans l’Etat américain de Pennsylvanie révélé la semaine dernière – plus de 300 « prêtres prédateurs » ayant commis des abus sur mille enfants – a incité lundi le pape François à diffuser une lettre sans précédent aux 1,3 milliard de catholiques de la planète.

Il y reconnaît que l’Eglise n’a pas été à la hauteur et qu’elle a « négligé et abandonné les petits ». « Ce que l’on peut faire pour demander pardon ne sera jamais suffisant », dit-il en appelant à la « tolérance zéro ».

« La lettre du pape mentionne pour la première fois l’abus sexuel comme un crime, une atrocité », a salué auprès de l’AFP la septuagénaire irlandaise Marie Collins, victime à 13 ans d’abus sexuels d’un prêtre. « Mais elle ne donne aucune indication concrète sur ce que le pape souhaite réellement faire ».

« Non au pape »

En marge de la visite du souverain pontife, plusieurs contre-manifestations sont planifiées. Des milliers d’internautes irlandais ont appelé sur Facebook à « dire non au pape » en boycottant la messe de Phoenix Park, réservant des centaines de tickets qu’ils comptent ne pas utiliser.

En parallèle, une marche se déroulera dans les rues de Dublin, jusqu’au « Jardin du souvenir ». A Thuam, dans l’ouest du pays, une veillée aura lieu en mémoire des 796 bébés décédés, entre 1925 et 1961, dans l’ancien foyer catholique des sœurs du Bon Secours et qui avaient été enterrés dans une fosse commune.