Zorz et la passion hypnotique vouée au tounn. Une histoire en kreol servie par Anne-Lise Violette. Elle campe une Mauricienne d’aujourd’hui, venue confier comment enn ti boug ordiner a su la faire sentir femme. Ce passage a marqué les esprits à la première des Monologues du Vagin, le samedi 14 février au centre Équilibre. Une impression de confidence entre quatre yeux. Nous ne révélerons ni le savoir-faire ni le doigté de Zorz, pour ne pas déflorer trop vite une histoire à découvrir.
L’orgasme féminin exprimé selon les personnalités. Elles sont interprétées par Vinaya Sungkur, lors d’un tour d’horizon des cris poussés au summum du plaisir : la jouissance quasi religieuse au râle clito-vaginal à se déconnecter le cerveau. On la retrouvera aussi dans la peau d’une voluptueuse aguicheuse aux charmes charnels. Un jeu d’acteur jouissif.
Les Monologues du Vagin n’est pas une création scénique standard. La mise en scène repose davantage sur l’interprétation des textes… dits avec conviction, sinon au plus proche des émotions.