La cruauté du football. Le Mexique a dominé les débats pendant 90 minutes mais ce sont les Pays-Bas qui ressortent vainqueurs (2-1), grâce à des buts inscrits dans les ultimes instants de la rencontre par Sneijder (88e) puis Huntelaar sur penalty (92e).
En effet, contre toute attente, le début de la rencontre est largement dominé par les Mexicains. La mobilité et les déplacements des attaquants mettent à mal la défense néerlandaise. À l’image d’un Layun survolté dans le premier quart d’heure, gagnant tous ses duels et n’hésitant pas à tenter des frappes aux 25 mètres (3e, 12e). Les joueurs de Miguel Herrera ont d’ailleurs failli convertir leur temps fort par un but à la 17e. Servi sur la droite de la surface par Mireno, Dos Santos contrôle et sert Peralta en pivot qui remet le ballon à Herrera. Le milieu de terrain décoche une frappe à ras de terre qui vient mourir au ras du poteau gauche de Cillessen, battu.
Les Pays-Bas sont transparents pendant la première mi-temps. Ils ne parviennent pas à développer du jeu face à un bloc vert bien compact. Le trio Robben-Sneijder-Van Persie a très peu d’espaces pour s’exprimer. La seule action à mettre à l’actif des hommes de Van Gaal intervient à la 27e minute. À la chute d’un long ballon, Van Persie effectue un contrôle en porte-manteau très compliqué et enchaîne une demi-volée qui passe largement à droite des buts d’Ochoa. L’occasion la plus nette de ce premier acte est à mettre à l’actif du Mexique. À la 43e, Herrera lance parfaitement Giovani en profondeur dans la surface. Après un contrôle qui l’excentre un peu, l’attaquant tente sa chance en force, Cillessen bouche bien son angle et repousse de la jambe en corner.
Bien lancé sur sa dynamique acquise durant les premières 45 minutes, le Mexique fait plier la défense néerlandaise dès le retour des vestiaires. Sur un ballon mal dégagé de la tête par Vlaar, Dos Santos contrôle de la poitrine aux 25 mètres et résiste aux retours de Blind et Wijnaldum, avant de placer une demi-volée du pied gauche. Puissante et croisée, elle vient rebondir juste devant Cillessen qui ne peut rien faire (48e).
Un scénario complètement fou
Réveillés par ce coup de massue, les Néerlandais commencent à attaquer avec conviction et assiègent la cage d’Ochoa. À la 58e, sur un corner frappé depuis la droite, De Vrij place une reprise de volée du pied droit, repoussée par miracle par Memo Ochoa avant d’échouer sur le poteau. Puis à la 74e, Robben, servi sur la droite, s’infiltre dans la surface après une accélération. Il élimine Marquez d’un crochet extérieur et ajuste Ochoa du pied droit, à ras de terre. Le gardien mexicain se jette en bouchant bien son angle et remporte une nouvelle fois son duel.
Et c’est finalement à deux minutes du coup de sifflet final que vient le salut des Oranges. Sur un nouveau corner frappé depuis la droite, Huntelaar remet le ballon de la tête depuis le second poteau, pour Sneijder à l’entrée de la surface. En pleine course, le meneur de jeu de Galatasaray décoche une frappe surpuissante qui crucifie Ochoa (88e). Une action héroïque qui relance complètement les Néerlandais dans ce match.
Alors que l’arbitre annonce 6 minutes d’arrêts de jeu, Robben réalise une nouvelle incursion dans la surface mexicaine. Après avoir repiqué dans l’axe il est crocheté par Rafael Marquez. L’arbitre, M. Proença siffle un penalty plus que discutable, mais qui vient sanctionner les multiples situations litigieuses de ce match. Huntelaar se charge de transformer le penalty (92e). Il trompe Ochoa, pris à contre-pied et envoie les Pays-Bas en quart de finale de cette Coupe du monde au Brésil.