Le rapport annuel sur les statistiques de l’état de santé des Mauriciens pour l’année 2013 a été communiqué la semaine dernière. Constat: une progression dans le nombre de in-patients dans les hôpitaux publics et une hausse dans les cas de décès causés par le cancer. L’on note également une légère baisse dans le nombre de décès liés aux maladies cardio-vasculaires et des maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques (principalement le diabète) en 2013 comparé à 2012.
Au 31 décembre 2013, Maurice comptait une population de 1,218,060 personnes selon le ministère de la Santé, soit 1,927 plus de personnes qu’en 2012. L’année dernière a vu 12,986 naissances, soit un taux de natalité de 10,7 pour 1,000 contre 16,9 pour 1,000 au début du siècle, et 9 pour les Maternal Death Rates, le même nombre que pour l’année précédente. Le nombre d’accouchements par césarienne, qui avait connu une stabilisation à hauteur de 40 % entre 2010 et 2012, a progressé à 42,4 % l’année dernière. Ce taux est nettement supérieur aux 26,8 % de 2000.
Les 1,054 médecins (277 médecins de plus qu’en 2005) en poste dans les différents hôpitaux et centres hospitaliers, aidés par un personnel paramédical de 3,118 infirmiers et infirmières qualifiés, n’ont pas chômé en 2013. 14,000 patients ont été vus par les médecins par jour et un total de 212,520 d’admissions a été noté dans les hôpitaux publics, avec une moyenne de 113 interventions chirurgicales en tous genres chaque jour, soit un total de 41 468 en une année. Plus d’un million de Outpatients ont visité les centres hospitaliers du ministère l’année dernière, soit exactement 1,060,362. Ce chiffre comprend 150,119 de patients dans les cliniques orthopédiques, 136,127 dans celles consacrées à la médecine générale, 115,073 dans les Cardiology Clinics et 100,281 dans les General Surgery Clinics.
Même si l’on compte moins de décès liés aux maladies cardio-vasculaires en 2013 comparés à 2012, elles restent la première cause de décès (un sur trois, soit 31 %, contre 31,4% en 2012). Les maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques (principalement le diabète) sont responsables d’un décès sur quatre (25,2 %), ce qui représente également une légère baisse par rapport à 2012 (27,1%). Fait à ne pas manquer, le cancer progresse en tant que cause de décès: 13,4% en 2013, soit un sur huit, contre 12,3% en 2012. Selon les chiffres du ministère, 1,233 Mauriciens sont décédés d’un cancer l’année dernière. Quelque 155,000 traitements de dialyse ont été administrés à un peu plus d’un millier de patients. Par ailleurs, 795 décès ont eu lieu suite à des complications respiratoires et les blessures et l’empoisonnement représente 5,3 % des décès pour 2013. Le nombre total de décès est de 9 231.
Un des points positifs du rapport indique que les importations de cigarettes ont connu une nette baisse en quatre ans, descendant sous la barre d’un milliard en 2013 (978,5 millions de cigarettes importées). Même tendance pour les boissons alcoolisées, selon la Santé, soit une réduction de l’ordre de 3,6 millions de litres entre 2011 et 2013. Autre point positif, le nombre de nouveaux patients du VIH/sida a diminué, pour atteindre un nombre de 260 l’année dernière, alors qu’entre 2001 et 2005 le nombre avait doublé chaque année. Ce ralentissement dans la progression des cas du VIH/sida a débuté en 2006 (542 contre 921 en 2005). Idem pour le taux transmission du virus à travers injection: 38% en 2013 (contre 92% en 2005).