La Confédération des travailleurs du secteur privé, à travers leurs dirigeants Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, ont soutenu ce midi les licenciés de la China International Water & Electric Corp dans une manifestation pacifique devant l’Hôtel du Gouvernement. Leur but étant d’attirer l’attention de l’opinion publique et celle des responsables politiques mauriciens sur l’exploitation des travailleurs mauriciens aussi bien qu’étrangers.
« Bann patron China International Water & Electric Corp panse ki zot kapav fer seki zot anvi dan Moris ! », s’indigne la secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Jane Ragoo, dans une déclaration au Mauricien peu avant la manifestation. « Zot explwat osi bien bann travayer morisyen ki bann travayer etranze », ajoute-t-elle.
En effet, 17 des seuls Mauriciens (sur un total de 100 travailleurs manuels) affectés aux travaux d’épierrage et de dynamitage de la Montagne Lagrave, à Midlands, ont été licenciés samedi, après leur pause déjeuner, après un « préavis » de seulement 5 minutes. Ils étaient employés par la China International Water & Electric Corp en tant que « Stone-drillers », « gate-keepers », « Kitchen-Helpers » sur une carrière au flanc de la Montagne Lagrave à Midlands, dans le cadre de la construction du Bagatelle Dam. Parmi, deux Mauriciennes étaient affectées à la cuisine. Les licenciés habitent tous le village de Dubreuil et comptaient environ une année et demie de service.
« De madam ti pe travay dan lakwizinn. Lezot 15 ti pe fer enn travay extra danzere : zot met dinamit pou kas montagn pou gagn ross », explique Jane Ragoo. La syndicaliste s’indigne d’autant plus des conditions de travail de ces Mauriciens licenciés qu’elle a appris que seuls les artificiers de la Special Mobile Force (SMF) de la police ont le droit de manipuler des explosifs. « Bann travayer-la ti oblize travay dan bann kondisyon danzere, me zot pena lekipman proteksyon et zot pa gagn okenn training pou fer zot travay. Zot ena lezot kondisyon travay difisil ! », précise-t-elle.
C’est dans l’espoir d’améliorer leurs conditions de travail que ces travailleurs mauriciens ont entamé en juillet dernier des démarches pour se joindre à un syndicat. « Le 29 ziyet, Chemical Manufacturing and Connected Trades Employees Union (CMCTEU), afilie ar CTSP avoy enn let bann patron China International Water & Electric Corp pou demann rekonesans. Zot gagn enn rankont ek CMCTEU le 23 out ek ler-la zot konpran ki zis travayer morisien ki finn rant dan sindika », élabore-t-elle.
Sur les quelque 100 travailleurs affectés à la carrière de Montagne Lagrave, poursuit notre interlocutrice, il n’y a qu’une vingtaine de Mauriciens, les autres sont des travailleurs étrangers, principalement des Chinois. « Samdi enn prepoze China International Water & Electric Corp inform bann Morisien ki pe met zot deor me ki zot pe gard tou travayer etranze, an mazorite sinwa », explique-t-elle.
Selon Jane Ragoo, les licenciés ont déjà consigné depuis hier leurs plaintes au ministère du Travail. « Me zot pe anvi kontinie proteste piblikman, zot pe manifeste pou montre zot soufrans. Parski zot bann papa ek bann mama ki zordi ena plis ki 45 an ek ki bizin kapav kontinie fer zot fami viv », explique-elle encore.
Pour le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, les autorités mauriciennes doivent sérieusement se pencher sur l’exploitation des travailleurs mauriciens et étrangers par des firmes étrangères, principalement chinoises. « Zot bann travayer etranze travay pou dipin diber ; bann Morisien, kouma koz sindika gagn fou deor », déplore-t-il.