Sollicité hier soir pour des commentaires à chaud, Lindsay Morvan, directeur de la communication du PMSD, a d’emblée déclaré que « le budget a laissé pantois l’opposition ». Il résume ce qu’il pense du budget présenté par son leader : « C’est une balance équitable entre les considérations économiques et l’approfondissement des filets de protection sociale. »
Il constate que le vice-Premier ministre et ministre des Finances prévoit la réduction de la dette nationale, d’investir davantage dans les infrastructures, d’aider encore plus les démunis, et de permettre à tous de se familiariser avec l’Internet, plus particulièrement les étudiants. Sur ce plan, il salue l’idée d’offrir aux étudiants de Form IV, niveau qui sert de tremplin pour affronter l’étape de la Form V, des tablettes. « L’opposition ne peut venir dire que c’est une mesure électorale puisque les collégiens de cet âge ne peuvent être des électeurs », fait-il remarquer.
Mais ce qui réjouit surtout le dirigeant bleu, ce sont les mesures qui seront mises en place pour amener les parents des enfants démunis à envoyer ceux-ci à l’école. Ces mesures se concrétisent d’abord en une augmentation de l’aide sociale dont ces parents bénéficient par enfant, laquelle passera à Rs 750, et les paramètres qui vont avec. « Ainsi, au cas où les enfants ne fréquentent pas l’école, leurs parents courent le risque de ne plus percevoir l’aide sociale. Les présences à l’école seront suivies afin d’attester qu’ils suivent bien les cours. Je trouve que c’est une bonne façon de sensibiliser les parents. Quand on sait que le combat contre la pauvreté doit impérativement passer par l’éducation, l’on ne peut qu’approuver une telle initiative », dit M. Morvan.
Une autre mesure qui vient aider à combattre la pauvreté, selon Lindsay Morvan, c’est la décision de permettre le CSR de construire des garderies et écoles maternelles. De ce fait, les compagnies peuvent inclure de tels projets dans leur programme d’aide sociale. L’idée d’avoir des garderies à la disposition des mères désirant travailler pour soutenir financièrement leur famille a déjà été lancée dans le Budget 2012, mais très peu ont été construites. Ce qui fait que les femmes avaient toujours des enfants en bas âge à surveiller. En même temps, une telle mesure viendra résoudre quelque peu le problème de chômage chez les femmes.
Lindsay Morvan tient à répondre à une « invention » de la part de l’opposition qui, dans ses commentaires, a voulu faire accroire qu’en 2005, le taux de croissance était de l’ordre de 5 %. « C’est totalement faux. Jamais le gouvernement MSM-MMM n’a pu atteindre la barre de 3 % et, en 2005, il n’a fait que 1,5 %, et ce alors qu’il n’y avait pas encore de crise économique mondiale », affirme-t-il.