La toute petite fourmi rouge et le gros chien pataud reviennent avec de nouvelles aventures sous le trait d’Evan Sohun et la plume de Brigitte Masson. Lilet et Gaspard s’ébattent joyeusement dans la mer quand survient un jeune pêcheur qui entend les splashs du chien d’un mauvais oeil… Ce livre a été écrit en créole et traduit en français pour le plaisir des tout-petits.
Comme les chansons d’Odile Chevreau en 1983 ou encore le premier volume illustré par Evan Sohun paru l’an dernier sous le titre Kamarad pou lavi, ces nouvelles aventures de Lilet ek Gaspar sont conçues et écrites pour les plus petits débutants de la lecture, en créole et dans une traduction en français.
Intitulé Alalila pik-pike !, ce deuxième volume perpétue le sens de l’amitié et de la débrouillardise mis en valeur dans le premier, en mettant cette fois particulièrement l’accent sur la complicité des deux amis, puisque l’un des deux vaincra l’hostilité d’un jeune homme d’une manière assez amusante, laissant comprendre que la force ou le bruit ne sont pas toujours les meilleures armes…
Rondement menée, cette nouvelle histoire a le charme de la première, même si l’on regrette un peu un dessin parfois très simplifié de l’ami Gaspar. Certaines images donnent des repères sur la faune marine bien de chez nous et peut-être n’est-il pas inutile de rappeler que des fourmis d’une certaine couleur ont une tendance à… piquer. Aussi est-il toujours possible d’écouter la chanson d’Odile Chevreau grâce au QR code imprimé au dos de la couverture…
Ces chansons, diffusées en 1983, visaient à offrir aux enfants dès leur plus jeune âge de petites histoires écrites dans leur langue maternelle. À l’époque, la cassette avait été diffusée à Maurice et, surtout, aux Seychelles, où l’enseignement de la langue créole était déjà introduit dans le cycle primaire… A Maurice, c’est en 2013 que Lilet et Gaspard ont fait leur entrée à l’école dans les classes de Std II et III, grâce à des extraits que l’institut de pédagogie a présentés…