Le ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun, a effectué une visite ce matin au complexe NHDC Le Flibustier, de Trou-aux-Biches. Il a ainsi constaté que plusieurs duplex de ce quartier huppé, situé en bord de mer, étaient inoccupés. Showkutally Soodhun a également révélé que 22 mineurs ayant des « revenus » mensuels de Rs 46 000 à Rs 139 000 sont propriétaires de ces résidences destinées aux familles vulnérables. Parmi les bénéficiaires se trouvent des agents politiques ainsi que des proches de l’ancien régime.
Les soupçons de favoritisme planaient depuis longtemps sur les résidences de la NHDC à Trou-aux-Biches. Ce complexe situé dans la circonscription de l’ancien Premier ministre est très coté étant donné qu’il est situé en bord de mer. Réagissant aux plaintes reçues à l’effet que plusieurs d’entre elles sont inoccupées, Showkutally Soodhun s’est ainsi rendu sur les lieux aujourd’hui.
Parmi les duplex aux allures de bungalow se trouvent en effet d’autres, à l’abandon ceux-là. Des herbes ont envahi les cours tandis que les résidents du quartier se plaignent des problèmes causés par cette situation. Showkutally Soodhun s’est dit « choqué » par cet état de choses. « C’est inacceptable lorsque l’on sait que 17 300 personnes attendent d’obtenir une maison de la NHDC. Nous allons engager des procédures en vue de reprendre ces habitations. Je demanderai le feu vert du cabinet dès cette semaine. »
Ces duplex ont été construits sous le projet “low cost housing”. Ce type de résidence est généralement réservé aux familles à faibles revenus. Or, a révélé Showkutally Soodhun, sur les 76 unités vendues, 22 appartiennent à des mineurs. « Quoique ce sont encore des enfants, les dossiers mentionnent qu’ils ont des revenus mensuels de Rs 46 000 à Rs 139 000. Des personnes ayant autant d’argent avaient-elles besoin de maisons de la NHDC ? » s’est-il demandé, en annonçant l’ouverture d’une enquête pour déterminer comment ces duplex ont été alloués.
Dans la réalité, la plupart des résidences occupées dans ce complexe servent de « campement ». Certains y viennent pendant le week-end alors que d’autres, qui vivent à l’étranger, y viennent quand ils sont en vacances. D’autres encore sont loués à de tierces personnes.
Showkutally Soodun avance que parmi les bénéficiaires se trouvent des agents politiques et des « proches » de l’ancien régime. Il ajoute que des investigations sont en cours pour remonter les liens exacts entre les bénéficiaires et l’ancien gouvernement. « Nous allons mener une enquête serrée pour connaître le “background” de chaque bénéficiaire. »
Pour le ministre du Logement, le cas de la NHDC de Trou-aux-Biches est l’exemple « d’un abus politique de l’ancien Premier ministre pour satisfaire ses proches ». Ces duplex à Trou aux Biches ont été vendus à Rs 746 000. « Certains ont revendu le leur pour trois fois ce prix. Qui plus est, il n’existe aucun critère selon lesquels ces maisons ont été allouées. »
Dans la foulée, le ministre a annoncé que, dans le nouveau contrat de la NHDC, les bénéficiaires ne pourront revendre leur maison avant cinq ans, même s’ils se sont déjà acquittés des frais. « Ils ne pourront pas non plus revendre la maison plus cher. Nous voulons ainsi mettre fin aux abus de certaines personnes qui achètent des maisons de la NHDC pour les revendre à des prix exorbitants et qui font des spéculations. »
Revenant sur les bénéficiaires de Trou-aux-Biches, Showkutally Soodhun s’est demandé si c’est cela l’exemple des « ti dimoun » dont parlait Navin Ramgoolam. « Pendant ce temps, ce sont les malheureux qui ont été pénalisés. Ceux qui ont de l’argent auraient pu aller acheter un terrain ailleurs. Ces complexes de la NHDC sont destinés aux familles à faibles revenus. » Par ailleurs, la NHDC a entamé des procédures pour reprendre 300 maisons inoccupées sur 116 sites.