La maison des Murthen à Cottage
  • Le couple Nalini et Ranjiva Murthen : « On a dû faire enlever tout le béton sur le sol pour pouvoir poser du carrelage »
  • Gilles L’Entêté : « Le sol a été fait dans les normes »

Alors qu’ils croyaient avoir reçu un cadeau de Noël, le couple Murthen multiplie les démarches en ce début d’année pour dénoncer l’état de leur maison, achetée de la NHDC. Située dans le nouveau complexe de Cottage, la maison présente, selon ses propriétaires, des fissures sur le mur et le sol. Tant et si bien qu’il a fallu enlever tout le béton pour la pose du carrelage. Mais du côté de la NHDC, Gilles L’Entêté, le directeur, maintient que tout a été fait dans les normes.

Le 21 décembre dernier, Nalini Murthen a pris possession des clés de sa maison dans le nouveau complexe de la National Housing Development Company (NHDC) à Cottage, en l’absence de son époux Ranjiva. Elle pensait pouvoir enfin trouver la lumière au bout du tunnel après avoir été locataire pendant de nombreuses années. « J’ai fait un tour dans la maison et je n’avais rien remarqué d’anormal. C’est lorsque nous avons fait appel à des maçons pour y poser des carreaux qu’on s’est rendus compte qu’il y avait des craquelures dans le sol. Il a fallu enlever tout le béton pour pouvoir y poser du carrelage. De même, nous avons noté des fissures sur le mur», dit-elle. Le couple multiplie alors des démarches auprès de la NHDC pour trouver une solution. Ranjiva Murthen fait part : « On s’est contenté de prendre nos doléances, sans jamais revenir vers nous pour trouver une solution. » 

Entre-temps, le couple a continué les travaux dans sa nouvelle maison. « Nous avions prévu d’y emménager à la fin de ce mois. Nous avons déjà donné un avis de départ à notre propriétaire pour cette date. Mais avec les complications, on se demande comment on va faire. Nous ne pouvons continuer à payer le loyer et en même temps, payer la mensualité de Rs 4 400 à la NHDC. »

A ce jour, le couple Murthen dit avoir versé Rs 181 000, plus Rs 17 000 pour les frais de notaire. « Maintenant, nous avons dû investir encore pour faire les travaux. La NHDC doit assumer ses responsabilités. » Ces derniers se demandent également pourquoi il n’y a pas eu de cérémonie de remise de clés à Cottage, comme cela a été le cas partout ailleurs. Ils se demandent si les ministres et députés ont voulu éviter cette région après les inondations de décembre dernier, qui avaient provoqué la colère des habitants.

Sollicité sur cette affaire, Gilles L’Entêté, directeur de la NHDC, dit être au courant de la situation, mais rejette les allégations du couple Murthen. « Nous mettons du béton lissé sur le sol (“sali”) dans les maisons pour les personnes n’ayant pas les moyens de poser du carrelage ou un parquet flottant tout de suite. Tout a été fait selon les normes. Sur les photos qu’on m’a envoyées montrant le ciment qu’ils ont enlevé, on peut voir que c’est d’une certaine épaisseur. Donc, le travail a été bien fait. »

S’expliquant sur les fissures, il fait ressortir que la maison est restée fermée pendant trois mois suivant la construction. « Avec la chaleur, il est normal qu’il y ait de petites craquelures. Mais ce n’est pas profond, la maison ne va pas s’écrouler. Ça arrive dans toutes les constructions. » Gilles L’Entêté se demande également pourquoi les propriétaires ont fait enlever le béton au lieu d’attendre qu’un inspecteur vienne visiter les lieux. « D’après les procédures, un inspecteur visite la maison. S’il y a un problème, nous réparons la maison. Nous n’en réduisons pas le prix, comme il nous a été demandé. C’est inadmissible. » Le directeur de la NHDC ajoute qu’il a justement dépêché un inspecteur à Cottage pour évaluer la situation. Il ajoute que « c’est la première fois qu’un client de la NHDC évoque de tels problèmes ».