« Il n’y a eu ni interférence gouvernementale, ni manipulation des chiffres par les Finances », a soutenu hier le Premier ministre, Navin Ramgoolam, lors d’un point de presse à l’issue de la réunion spéciale du conseil des ministres consacrée au rapport du PRB. Le rapport Manraj, qui doit permettre de réduire la disparité entre les hauts et les bas salaires dans la fonction publique, coûtera un milliard de roupies, portant les dépenses budgétaires supplémentaires annuelles occasionnées par les recommandations du PRB 2013 à un total de Rs 5,6 milliards.
« Nous avons fait beaucoup d’efforts malgré la situation financière très difficile. Nous avons considéré qu’il était légitime de ne pas laisser un trop grand écart entre les hauts et les bas salaires. Nous avons amélioré le rapport », a dit le Premier ministre, qui avait à ses côtés le VPM et ministre des Finances Xavier Duval et le ministre de la Fonction publique Sutyadeo Moutia.
Le PM a rappelé, d’entrée, que le rapport PRB a été publié le 9 octobre 2012. À la suite des doléances des syndicalistes, il les a rencontrés le 26 octobre 2012. « J’ai alors trouvé que leurs critiques étaient légitimes surtout en ce qui concerne les officiers se trouvant au bas de l’échelle salariale ». Le Conseil des ministres s’est rencontré le 16 novembre 2012 pour prendre en comptes les préoccupations syndicales avant l’institution d’une équipe indépendante du PRB sous la présidence d’une personne respectée, Dev Manraj, assisté de MM. Ruhee et Gopee. La commission a eu trois mois pour considérer les « errors and omissions ». Cependant, a expliqué le PM, il avait souhaité que la commission traite également les anomalies.
Par la suite, les syndicats ont demandé une extension d’un mois afin de pouvoir présenter leurs doléances. Le rapport final a été soumis le 16 mai. Selon le Premier ministre, le cabinet a pris note du rapport le 17 mai et il a souhaité que le document soit étudié lors d’une réunion spéciale qui a eu lieu hier après-midi avant qu’il ne soit rendu public.
« Il n’y a jamais eu de tentative de modification du rapport. Il n’est pas vrai non plus que le ministère des Finances ait effectué des coupures », a dit Navin Ramgoolam, qui a soutenu que les recommandations de la commission Manraj ont été vues avec un esprit ouvert en fonction des revendications légitimes des syndicats.
Le Premier ministre a observé que le rapport initial a coûté Rs 4,6 milliards au pays annuellement. « J’ai toujours dit qu’il fallait prendre en compte le contexte économique. Nous sommes encore en récession économique dans le monde. La France est entrée en récession pour la troisième fois. Dans beaucoup de pays, les salaires ont été gelés ou il y a eu des contractions de personnel ». Le rapport sur les errors and omissions nécessitera des dépenses supplémentaires de l’ordre d’un milliard. Elles seront payées en une seule tranche contrairement à ce qui avait été pratiqué auparavant.
Le Premier ministre a estimé que la disparité entre les hauts et les bas salaires de l’échelle salariale a été réduite sensiblement. En 2008 le ratio était de 1 : 8,6. Il était passé à 1 : 8,9 en 2012. Avec les recommandations du rapport Manraj, le ratio a été réduit à 1 : 7,5, ce que le Premier ministre considère comme très positif.
Le rapport entrera en vigueur rétroactivement en janvier 2013 et non pas en juillet. Le rapport Manraj avait aussi recommandé que la compensation salariale prévue pour 2014 ne soit pas payée puisqu’elle a déjà été accordée. Il n’avait pas pris en compte l’éventualité que l’inflation dépasse 5 %. Le PM a annoncé que le gouvernement a décidé que si l’inflation dépassait 5 %, une compensation serait payée sur la différence, ce qui bénéficiera surtout aux travailleurs au bas de l’échelle. Des changements administratifs seront apportés sur certains items.
Le Premier ministre a donné des détails sur les changements apportés aux salaires. Ainsi, avec le PRB 2013, un general worker touchant un salaire de Rs 11 399 aurait touché Rs 12 800 soit une augmentation de 12 %. Avec le rapport Manraj, son salaire passera à Rs 15 175 soit une augmentation de 33 %. Au niveau de la police, un constable qui touchait Rs 23 670 aurait obtenu Rs 27 750, soit une augmentation de 17 %. Il touchera désormais Rs 30 575 (+29 %). Le top salary d’un instituteur était de Rs 24 270 ; avec le PRB il était passé à Rs 32 100 (+32 %), et avec le rapport Manraj à Rs 36 575, soit + 51 %. Le top salary d’un infirmier, qui était de Rs 25 870, était passé à Rs 32 100 avec le PRB 2013 ; il touchera désormais Rs 36 575, soit une augmentation de 41 %.
Concernant Rodrigues, Navin Ramgoolam a expliqué que l’île aura plus d’autonomie. « Auparavant Rodrigues devait référer tous ses dossiers salariaux au ministère de la Fonction publique. Maintenant le rapport sera référé à l’Administrative Reform Council de Rodrigues qui est présidé par l’Island Chief Executive ».
« Le gouvernement veut poursuivre sur la voie de la réforme du secteur public afin qu’il soit plus efficient et qu’il réponde à l’attente des citoyens. La fonction publique doit rester la force motrice du développement économique », a conclu le Premier ministre.