Quatre médecins de St Paul Coptic Medical Missions sont actuellement à Maurice dans le cadre d’un programme de prévention et d’échange organisé par la Global Rainbow Foundation. Cette visite, qui a commencé récemment et s’échelonnera sur une semaine, marque le début de la collaboration entre les deux organisations. Par la même occasion, les spécialistes offriront des consultations gratuites aux personnes n’ayant pas les moyens de s’offrir des examens poussés sur certaines maladies liées au diabète.
Cette délégation composée d’un ophtalmologue, le Dr Karam Kalim, d’un médecin interne, le Dr Fady Safwat, d’un dentiste, le Dr Farida Botros et d’une pharmacienne, le Dr Sylvia Samy, assistera pendant une semaine les médecins de la GRF dans leurs locaux à Petit-Raffray. Contrairement aux autres organisations, les volontaires de St Paul Coptic Medical Missions se déplacent souvent sur invitation. À la demande de la GRF, ces derniers sont venus prêter main-forte aux volontaires de l’organisation mauricienne qui a décidé de redoubler d’efforts pour lutter contre le diabète – qui engendre d’autres complications médicales à terme. « J’ai rencontré une équipe de St Paul Coptic Medical Missions à Calcutta lors de la Canonisation de Mère Teresa l’an dernier. Après plusieurs échanges, nous avons décidé de voir ensemble les pistes de collaboration. D’ailleurs la présence des quatre représentants, actuellement en visite chez nous, marque le début de cette coopération entre les deux institutions sur des sujets liés à leurs domaines de compétences respectifs. Un plan de travail a été établi dans ce sens pour entériner cette collaboration », explique Armoogum Parsuramen, président fondateur de la GRF. En sus d’une série de consultations gratuites destinées aux personnes en situation difficile, un programme d’échange a également été organisé entre les médecins étrangers et ceux de la GRF pour partager leurs savoir-faire et bonnes pratiques médicales. « Notre mission ne s’arrête pas aux consultations et aux soins. Pour que la mission soit un succès, il est primordial d’engager un dialogue avec les médecins et infirmiers locaux pour mieux comprendre le contexte local et ainsi prodiguer des soins adéquats », affirme l’un des visiteurs.